Théâtre

Festival Prémices : Les Grands Plateaux à La rose des vents

Festival Prémices : Les Grands Plateaux à La rose des vents

19 avril 2012 | PAR Audrey Chaix

Sur le plateau de La rose des vents, neuf gaillards et neuf bancs de vestiaire. Moitié joué, moitié chorégraphié, Les Grands Plateaux passe par le thème du sport, du basket notamment, pour interroger les rapports des jeunes à l’amour, au désir. D’un langage très cru aux vers de Shakespeare, Jean-Philippe Naas livre une mise en scène où le langage du corps passe avant celui des mots.

 

On ne passe pas un mauvais moment : les chorégraphies exploitent avec force la présence du corps, notamment une danse des comédiens ballons en main, sur l’air de La Danse des Chevaliers dans le Roméo et Juliette de Prokofiev. Les amoureux maudits de Shakespeare sont d’ailleurs très présents dans la pièce, puisque deux des comédiens réinterprètent la fameuse scène du balcon, dans un moment tout en intimité, à la fois plein de passion et de pudeur.

 

Le propos se dilue cependant assez rapidement dans une succession de scènes qui, si elles ont le sport et l’amour comme fil conducteur, ne sont pas unies entre elles par une structure narrative forte. Cela donne l’impression d’un spectacle qui manque de cohésion, malgré l’unité du collectif. Cela parle de passion sans réellement passionner, finalement : parler du désir chez les jeunes est chose périlleuse, et » Les Grands Plateaux  » donne le sentiment d’être passé à côté de sa cible – en tout cas si l’on en croit l’attitude des adolescents derrière nous, et qui semblaient s’ennuyer ferme.

 

Un spectacle en demi-teintes, donc, avec de très jolis moments, notamment ceux inspirés des différents Roméo et Juliette de l’histoire des arts, mais qui peine à trouver son rythme.

 

Tout sur le festival Prémices !

 

Crédit photos : Frédéric Iovino

Des oeuvres de Jean Giraud/Moebius mises aux enchères
The Avengers, la meute Marvel passe à l’attaque
Audrey Chaix
Professionnelle de la communication, Audrey a fait des études d'anglais et de communication à la Sorbonne et au CELSA avant de partir vivre à Lille. Passionnée par le spectacle vivant, en particulier le théâtre, mais aussi la danse ou l'opéra, elle écume les salles de spectacle de part et d'autre de la frontière franco-belgo-britannique. @audreyvchaix photo : maxime dufour photographies.

One thought on “Festival Prémices : Les Grands Plateaux à La rose des vents”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *