Théâtre

[Festival d’Avignon] Robyn Orlin dirige et dérange huit danseurs

[Festival d’Avignon] Robyn Orlin dirige et dérange huit danseurs

17 juillet 2014 | PAR Geoffrey Nabavian

At the same time we were pointing a finger at you, we realized we were pointing three at ourselves… Tel est le titre de ce nouveau spectacle de la chorégraphe sud-africaine. Sous sa direction, les danseurs de JANT-BI, école de Dakar, connaisseurs des traditions chorégraphiques tant africaines qu’internationales, dansent comme des fous, parlent, se costument, jouent des rôles et font n’importe quoi. Un n’importe quoi qui raconte des histoires… Qui puise dans les traditions… Un n’importe quoi signifiant, qui… qui…

[rating=4]

At the same time...Appelons-le At the same time… . Que voit-on dans cet objet ? D’abord, un danseur qui marche avec un micro entre ses jambes, pointé vers le sol. Nulle symbolique ici : il capte le bruit que font ses tongs lorsqu’il marche. On aime. A sa suite, sept autres interprètes se meuvent, et s’avancent vers l’auditoire. Ils le dévisagent une seconde, puis commencent… l’ascension des gradins. Suivra une scène dans le public, où nos danseurs s’emploieront à chasser les esprits. A coups de tongs. Claquettes qui finiront par créer une musique.

Le reste du spectacle sera à l’image de ce début : décalé, et terriblement énergique. Un jeu hallucinant avec une structure faite en seaux colorés, des travestissements, certains membres indisciplinés qui veulent faire leur solos… Au début, on a l’impression de voir le récit d’une vie, avec une volonté de traquer les traditions. Des passages relèvent du cérémonial. Les corps sont pris de transes. Mais là-dessus se greffent, à dessein, des réflexions de bas étage, sur le déroulement du spectacle par exemple. Le geste, clair et beau, se trouve parasité exprès par des fioritures très très contemporaines : commentaire, bric-à-brac amené puis déplacé… Et si des ruptures ont lieu, c’est que la subjectivité de chacun s’invite.

At the same timeEn réalité, si on écoute Robyn Orlin, on saura qu’elle veut nous donner à voir des corps de danseurs imprégnés des motifs chorégraphiques actuels ayant cours en Occident. Mais qui ne peuvent pas se détacher d’influences africaines anciennes. Nous est envoyé, par les interprètes, le questionnement suivant : Voyez, qu’est-ce que nos corps ? On saisit. Après, comprend-t-on que cette thématique vise l’Afrique ? a-t-on en main tous les éléments pour s’interroger ? Difficile à dire. Robyn Orlin, qui dialogue avec nous via un écran, par Twitter interposé, veut nous aider. Ce faisant, elle se laisse aller à plaisanter. Le sérieux, elle ne veut pas connaître. On eût aimé voir quelques passages moins agités, où le propos se serait éclairé…

Il faut croire, d’autre part, que ces procédés n’étonneront pas les connaisseurs du travail de la chorégraphe. Pour les autres, l’implication du public provoquera des éclats de rire. Attention : acceptez de ne pas tout comprendre. Vous rencontrerez alors huit excellents danseurs, qui se présentent également un peu eux-mêmes. On aurait aimé en apprendre plus sur eux, et sur Germaine Acogny, leur passionnante formatrice. On a ri, mais ce grand bazar a parfois étouffé les corps… A vous de rester concentrés, alors. Essayez de vous rappeler du titre : au fond, c’est de votre histoire qu’il s’agit.

Spectacle présenté au Gymnase Aubanel.

Les dates de At the same time we were pointing a finger at you, we realized we were pointing three at ourselves… après le Festival d’Avignon : 6 et 7 novembre à Bourges (Maison de la culture) ; 13 et 14 novembre à Blois (La Halle aux Grains) ; 17 novembre à Châteauroux (L’Equinoxe) ; 20 novembre à Orléans ; 18 mars 2015 à Noisiel (La Ferme du Buisson) ; 21 mars à Brive (Les Treize Arches) ; du 25 au 29 mars à Paris (Théâtre de la Ville) ; 8 et 9 avril à Lille (Opéra) ; 11 et 12 avril à Paris (Le CentQuatre).

Retrouvez le dossier Festival d’Avignon 2014 de la rédaction

Visuels : © Christophe Raynaud de Lage

Infos pratiques

Festival en Othe
Urbaka
festival_davignon

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *