Théâtre

FESTIVAL 7.8.9. au théâtre de Nesle, à Paris : « Le rêve d’un drôle d’homme », un voyage à la frontière entre la réalité et le mysticisme

FESTIVAL 7.8.9. au théâtre de Nesle, à Paris : « Le rêve d’un drôle d’homme », un voyage à la frontière entre la réalité et le mysticisme

19 septembre 2019 | PAR Magali Sautreuil

Qu’il est difficile de réorganiser le Paradis sur Terre, surtout lorsque l’on est le seul à connaître la Vérité ! Si certains ne verront dans cette phrase que les élucubrations d’un drôle d’homme, ne vous conseillons de suivre ce dernier lors de son voyage initiatique au théâtre de Nesle, dans le cadre du festival 7.8.9..

 

La mise en scène minimaliste invite le spectateur à faire appel à son imagination. Jouant sur le clair-obscur, la lumière crée une atmosphère intimiste et un sentiment de proximité. L’usage de la lampe de poche au début du spectacle laisse à penser que notre drôle d’homme a une confession à nous faire…

Il semble au bout du rouleau. La vie lui est indifférente. Chose étrange, il aspire à mourir un jour où elle ne le serait plus, un jour où elle aurait quelque valeur à ses yeux. Pourquoi ? Mystère. Il nous raconte son histoire comme si c’était celle d’un autre, comme s’il n’en était que le spectateur, comme si son corps et son esprit étaient dissociés…

Derrière une allure passe-partout, quelque peu négligée, notre drôle d’homme, dont nous ignorons le nom, est donc bien plus complexe qu’il n’y paraît.

Par une soirée sombre comme on en voit rarement, un 3 novembre, sa vie bascule brutalement. Le même soir, il fait à la fois une rencontre bouleversante qui le détourne du suicide et un rêve étrange. Drôle de monde que celui des songes d’ailleurs, où nous sommes prêts à accepter des choses mystérieusement incompréhensibles sans nous s’étonner. Mais pour notre drôle d’homme, il ne s’agit pas tant d’un rêve, mais plutôt d’une vision : celle d’un Paradis perdu, d’un « âge d’or », où les êtres humains n’étaient pas encore pervertis par le vice et où ils ne cherchaient pas désespéramment à retrouver leur innocence perdue à travers des solutions aussi illusoires que la religion et la science…

Cette nuit mémorable, qui redonna un sens à sa vie, détermina sa vocation et changea son destin, même si, pour la plupart des gens, il ne resta qu’un drôle d’homme qui passait pour un fou…

Journal d’un aliéné ou simple conte, nous ne saurions tranchés. Toujours est-il qu’au début et à la fin de la pièce, une femme est assise derrière une machine à écrire, comme si le spectacle qui s’était joué sous nos yeux était celui qu’elle venait d’écrire.

Outre celui présumé d’auteure, celle-ci endosse par ailleurs plusieurs rôles. Elle fait les bruitages, imite des éléments de décors, incarne les différents personnages que rencontre le drôle d’homme, ainsi que le subconscient de ce dernier. Elle le suit comme son ombre et confère au spectacle une dimension onirique.

Prometteuse, cette pièce parvient avec peu de moyen à nous transporter dans les méandres de l’esprit de notre drôle d’homme et de l’écrivain Fiodor Mikhaïlovitch Dostoïevski.

Le rêve d’un drôle d’hommede Fiodor Mikhaïlovitch Dostoïevski, mis en scène par Telmo Herrera, interprété par Jérôme Deschamps et Julie Vandromme, présenté les samedis 7 et 14 septembre 2019, à 21h, le dimanche 15 septembre 2019, à 20h et le dimanche 22 septembre 2019, à 17h, dans le cadre de la 5édition du festival 7.8.9., organisée du 5 au 30 septembre 2019, au théâtre de Nesle, à Paris. Durée : 1h.

Réservez votre place pour la prochaine représentation ici.

Retrouvez l’actualité du théâtre de Nesles sur son site Internet (ici), sa page Facebook (ici) et son compte Twitter (ici).

Visuel : Affiche du spectacle / Léonidas Herrera. 

Infos pratiques

Théâtre El Duende
Granville Gallery
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *