Théâtre
<em data-lazy-src=

Entre deux Ils, une jolie pièce au Théâtre de l’Oeuvre

21 septembre 2011 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Le mythique théâtre de l’œuvre un temps dirigé par Georges Wilson accueille ces jours « Entre deux ils » d’Isabelle Cote. Le titre fleure bon la mauvaise comédie de boulevard. Détrompez-vous, il n’en est rien. Voici une jolie histoire de vie aux comédiens justes et investis.

Pas de lever lourd de rideau rouge, un décor chic et léger fait de mobilier blanc et fer forgé, pas de doute, ici, les codes viennent heureusement s’inspirer du meilleur du théâtre contemporain. Débarque un couple (Eric Savin et Lysiane Meis), caricaturaux dans le style CSP+/Pavillon de banlieue/Job à la Défense. Ils semblent roucouler dans une tendre monotonie. Mais coup de théâtre oblige, la belle Claire se casse comme ça sans rien dire, laissant à son Rémi de futur ex-mari une liste, un mode d’emploi des appareils ménagers de la maison. Elle s’envole vers Toulouse où elle entre par un faux hasard dans une superbe librairie. L’occasion de découvrir un remarquable décor aux centaines de livres. Dans cet endroit chargé d’émotion, elle va travailler et faire la rencontre de David (Bernard Malaka) écrivain-libraire désabusé par l’amour.

Les dialogues sont sincères, biens menés et touchent alors à l’endroit juste. Nous nous laissons embarquer avec plaisir dans ces trois histoires d’amours blessés. Pas de jeux graveleux, pas d’amant dans le placard. Isabelle Cote vient mettre en théâtre trois ruptures de vie en laissant doucement découvrir les failles de chacun.

On regrettera amèrement, des changements de scènes inutiles ponctuées par des reprises smooth de Kylie Minogue ou Mika, déjà fait, trop, mieux. A ces moments, la pièce perd en modernité en installant des coupures de rythme dommageables.

« Entre deux ils » reste une bonne pièce qui réconciliera les amateurs de théâtre légers et les drogués de performances pointues. Une belle soirée en somme !

J’aurais voulu être égyptien : Martinelli adapte pour le théâtre « Chicago » d’Alaa el Aswany
Des meubles d’époque et contemporains à Versailles
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *