Théâtre
Avignon OFF, « ElianeS », objet jubilatoire, au Théâtre des Béliers

Avignon OFF, « ElianeS », objet jubilatoire, au Théâtre des Béliers

05 juillet 2019 | PAR David Rofé-Sarfati

À quoi pensent les jeunes filles lorsqu’elles jouent à la poupée ? Les ElianeS nous répondent dans une pièce à mourir d’enthousiasme.

[rating=5]

Spectacle sans égal, ElianeS met en scène quatre femmes délurées qui endossent à un rythme déchainé une suite de personnages désopilants. Elles sont quatre. Elles sont sexy. Elles sont drôles, très drôles. Elles jouent de leur corps et de leur voix.

À quoi pensent les jeunes filles lorsqu’elles jouent à la poupée ? Elles pensent à leur mère et aussi à toutes les autres femmes, autant de futurs exemples à suivre ou pas. Elles pensent aussi à tous ces rôles que les femmes doivent tenir devant les hommes. Par leurs jeux, elles dessinent leur credo de la femme. Qu’en est-il en 2015 ? Parce qu’elles sont modernes, les artistes des ElianeS explorent avec humour toutes les postures les attitudes et les situations où la femme, s’en riant se conforme au dictat social ou s’en défausse. Parce qu’elles ont un talent fou les Elianes, performeuses généreuses nous restituent ces jeux d’enfants pour les déconstruire, pour les dynamiter. Adultes, elles renouent là avec la surprise de l’enfance pour faire semblant de redécouvrir l’absurdité de nos certitudes, pour déployer devant nous réjouis la mascarade féminine sur la scène du monde.

La pièce, suite de tableaux surréalistes est une rêverie entre fantasme et promenade philosophique, une sorte de grande récréation du sens. Chaque tableau est une surprise hallucinatoire. Le rire persistant et la cohérence du récit assurée par la mise en scène de Philippe Lelievre soutiennent notre intérêt et notre joie de spectateur.

Le spectacle fait succéder pendant une heure trente, délires et situations loufoques. Nous ne cessons d’être étonnés. L’imagination est débridée, mais les sujets, sont posés. Dans le désordre et dans la joie sont dynamités la place de la femme dans l’art, la force de la loi, l’adultère, l’amour du père, l’embarras des mères, le fétichisme ou la différence des sexes.

Chaque comédienne déploie une performance époustouflante. Saluons Charlotte Saliou, Diane Bonnot, Laurence Cools et Lula Hugot qu’il s’agit de voir vite au Théâtre des Béliers à 12:15 les 10 17 et 24 Juillet.

 

Infos pratiques

Les Rencontres Photographiques d’Arles
Les Nuits Secrètes
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *