Théâtre
Du bon, du vrai, du rire aux éclats Bénureau joue les Indignes au Splendid.

Du bon, du vrai, du rire aux éclats Bénureau joue les Indignes au Splendid.

17 septembre 2011 | PAR Bérénice Clerc

 

Courrez d’urgence au Splendid prendre une belle tranche de rire avec Didier Bénureau. Jusqu’au 7 janvier du mardi au samedi à 20h, Didier Bénureau fait rire et se fait applaudir avec énergie.

Depuis quelques années, la crise aidant, les velléités de faire rire sont de plus en plus nombreuses, chanteurs, acteurs en manque de rôle, présentateurs télé ou radio, anciens sportifs de haut niveau, jeunes faisant rire le quartier heureux de découvrir le mot Stan-Up 30 ans après Bedos, Coluche ou Desproges, tous veulent et pensent faire rire.

L’humour est un choix ardu, la chute peut être fracassante, n’est pas comique qui veut. Le meilleur des comédiens peut ne pas connaître et maitriser la mécanique du rire. Le rire libère, ouvre des portes, tisse des liens et demande un travail d’écriture et de jeux extrêmement difficile.

Didier Bénureau possède une maitrise absolue du comique, aucun sujet ne l’effraie, son écriture et celle de ses collègues est parfaitement aiguisée, sans limite si ce n’est celle du rire aux éclats . Comme il est bon de voir des personnages indignes, des gens du quotidien, dépassés par leur peur, capables de tout. Didier Bénureau les habite à merveille, il campe des humains dans toute leur violence. Pour écrire son spectacle il était énervé, par tout, par lui-même, par l’actualité, la vie, les gens…Quand on est énervé on dit des choses qu’il ne faut pas dire, on ne réfléchît pas ! La société de plus en plus bridée pousse à être politiquement correct pour, même en humour, ne jamais sembler lourd, aigris, violent, raciste…

Didier Bénureau ose avec son corps et ses mots montrer, comme peut le faire Valère Novarina dans d’autres théâtres, à quel point l’Homme n’est pas bon !

 

Fukushima, les Tunisiens, la Lybie, les musulmans, la masturbation, les intellectuels racistes, les hommes et les femmes de gauche, les hommes et les femmes de droite, les chanteurs d’Opéra, les bouchers lyriques, les femmes de députés, l’alcool, les homosexuels, les petits garçons chanteurs, la politique, la maladie d’Alzheimer, les handicapés tout est passé au peigne fin sans limite pour le plus grand bonheur des spectateurs. Dans une énergie ad libitum Bénureau chante, danse, fait rire aux éclats et les rappels du public sont plus que nombreux et très mérités. Un acteur, un vrai, un comédien authentique à la présence éclatante et aux textes cinglants comme devraient toujours être ceux des humoristes.

Ruez-vous au Spendid pour rire sans tabou avec Didier Bénureau

 

 

 

Venu du grand froid, ±0 de Christoph Marthaler est un spectacle délicieusement givré
L’art contemporain investit la fondation Eugène Napoléon pour les journées du patrimoine.
Bérénice Clerc
Comédienne, cantatrice et auteure des « Recettes Beauté » (YB ÉDITIONS), spécialisée en art contemporain, chanson française et musique classique.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *