Théâtre

Dracula au théâtre des déchargeurs : la transylvanie authentique

15 octobre 2010 | PAR Yaël Hirsch

Jusqu’au 4 décembre, Delphine Thellier interprète seule en scène la première partie du roman original de Bram Stoker. La comédienne a elle même traduit et adapté ce monument de la littérature européenne, qu’elle met en scène avec une sobriété gagnante. A conseiller aux amateurs de beaux textes, aux fans de vampires, aux gothiques et au romantique en chacun de nous.

Bon plan : Lecteurs de toutelaculture.com, en donnant le nom du site au théâtre par téléphone ou sur place, vous bénéficiez d’un tarif  préférentiel pour voir la pièce : 13 euros.

Le jeune Jonathan Harker traverse toute l’Europe pour rendre visite au Comte Dracula, aux confins de la Roumanie et de la Hongrie. C’est la Veille de la Saint-George et à minuit, le mal doit atteindre son apogée. A sa dernière étape avant d’aller voir le comte,  Harker s’arrête dans une auberge où les propriétaires le mettent en garde et lui offrent un crucifix. Arrivé chez le comte, Harker le découvre seul dans son château, et trouve de plus en plus étrange de ne le voir que la nuit… L’impression d’étrange et d’enfermement grandit dans un climat fantastique du 19 ème siècle (comme chez Shelley, Hoffman, ou Poe)  que le cinéma du siècle suivant a bien galvaudé.

Dans une mise en scène sobre, c’est seule sur scène que Delphine Thellier revisite cette plongée dans l’univers inquiétant du comte Dracula. Habillée d’une chemise à jabot et d’un pantalon noir, elle incarne le journal intime de Harker, éclairée à la lumière vacillante d’une bougie. Inspirée par le texte qu’elle a elle-même traduit, elle change de voix pour dire les mots du comte, comme si elle avait été elle-même possédée par le vampire. Un peu de souffle, sa présence et les mots de Stoker : il n’en faut pas plus pour donner des frissons à un public captivé. Une très belle initiative, que le cocon agréable de la petite salle des déchargeurs rend encore plus intime et qui permet de re-découvrir tout le génie d’un classique. On en sort avec l’envie d’acheter le roman… pour (re)lire la suite.

Dracula, d’après la première partie du roman de Bram Stoker, traduction, adaptation, et interprétation : Delphine Thellier, Les déchargeurs, 3, rue des déchargeurs, m° Châtelet, jusqu’au 4 décembre, mer-sam 20h, durée du spectacle : 1h10. 16 euros.

[mappress mapid= »11″]

Feeder de passage au Trabendo, le 2 novembre
Pierre Henry vous invite chez lui
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

One thought on “Dracula au théâtre des déchargeurs : la transylvanie authentique”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


    A propos

    Toute La Culture : Comment choisir ?
    Toute La Culture est un magazine d'information pluridisciplinaire et national. Il regarde notre societé par les yeux des tendances et de la culture. Fondé en 2009, il est reconnu comme journal en 2012 puis d' Information Politique et Générale (IPG), en 2017

    L’objectif de Toute La Culture est véritablement de parler de TOUTE la culture : un film d’animation d’Europe de l’Est comme blockbuster américain à énorme budget, un récital lyrique comme un nouvel album de rap, la beauté et les tendances sont abordées d’un angle culturel et même les sorties en boîte de nuit et les nouveaux lieux à la mode sont dans nos pages. Enfin, les questions politiques d’actualités sont au coeur de nos articles : covid, #metoo, mémoire, histoire, justice, liberté, identité sont au cœur de nos réflexions à partir des spectacles et œuvres que nous voyons comme critiques. Non seulement nos rédacteurs se proposent être vos guides et de vous aider à choisir dans une offre culturelle large, à Paris, en France, en Europe, mais c’est parce que Toute la Culture brasse large que, dans ses quinze articles quotidiens, le magazine doit avoir un point de vue arrêté sur l’actualité. Et ce point de vue part du principe que l’angle culturel offre une grille de lecture unique et précieuse sur le monde dans lequel nous vivons.
    Soyez libres… Cultivez-vous !

    Soutenez Toute La Culture