Théâtre
Pour Louis de Funès Dominique Pinon offre la lumière de son corps aux spectateurs de l’Odéon

Pour Louis de Funès Dominique Pinon offre la lumière de son corps aux spectateurs de l’Odéon

19 décembre 2010 | PAR Bérénice Clerc


Comme vous le savez grâce à cet article l’extraordinaire et inimitable Valère Novarina brûle les planches de l’Odéon pour la saison 2010/2011
Le 14 décembre dernier Dominique Pinon a laissé son corps d’homme en coulisse pour laisser place à la lumière de son corps d’acteur et éclairer le trou noir de la scène de l’Odéon.

Sur la scène de l’Odéon une chaise, actrice parfaite, dépouillée de sentiment, de jeu, de faux semblant, de désir de plaire, de faire rire ou d’expliquer sa présence.
Un acteur seul, entre pour une lecture, celle de Pour Louis de Funès de Valère Novarina. Cet acteur est Dominique Pinon, minuscule dans l’espace vide, le trou noir du plateau.
Prend la parole, le livre à la main, sans même le regarder. Il nous emporte dès le début, saisit le public à la première ligne et transfigure le texte dans une liberté éclatante et euphorisante.
Cet hymne à l’acteur devrait être lu par tous, dès le plus jeune âge et relu de nombreuses fois par tous les acteurs, ceux qui veulent le devenir et surtout ceux qui croient l’être !
Ne jamais oublier de disparaître pour laisser un masque blanc offert à la scène, au texte, aux spectateurs.
Dominique Pinon incarne l’acteur, offre son corps pour Louis de Funès, ne fait pas l’homme, ne joue pas à nous faire rire, ne se réjouit pas d’un bon mot, ne se glosse pas d’un rire, existe par la parole, la voix cette chaire humaine inoubliable et impalpable.
Sa logorrhée jamais ne nous lasse, le fil de ses mots, son corps suspendu à nos yeux, à notre silence, bouleverse, vibre, vrille, éclate, libère, donne à réfléchir sans même se forcer à penser.
Pour Valère Novarina, Louis de Funès est l’acteur nul et parfait, celui qui laisse sa vie d’homme en coulisse pour mettre en marche une mécanique comique implacable, douloureuse et exigeante à en mourir telle une offrande aux spectateurs.
Ce texte, donne envie d’aller au théâtre, d’aimer les acteurs, de se battre pour qu’ils existent et offre aux spectateurs une image en mouvement, une chute à vivre pour se laver du monde.
Le seul défaut de ce moment de grâce est sa date unique n’offrant pas à tous la joie de vivre ce moment.

« Loin d’ici metteurs en chose, metteurs en ordre, adaptateurs tout-à-la-scène, poseurs de thèse, phraseurs de pose, imbus, férus, sclérotes, doxiens,  dogmates, segmentateurs en chef, connotateurs, metteurs en poche, adaptateurs en chef, artistes auto déclarés, as de la conférence de presse, médiaturges, médiadogues, encombreurs de plateau, traducteurs d’adaptations, et adaptateurs de traduction, vidéastes de charités, humains professionnels, librettistes sous influence, sécheurs d’âmes, suiveurs de tout, improvisateurs de chansons toutes faites, loin d’ici, Monsieur Purgon ! mettez-les loin d’ici »

Valère Novarina Pour Louis De Funès POL

Dès le 5 et jusqu’au 30 janvier 2011, courrez découvrir la nouvelle création de Valère Novarina à l’Odéon, nourrissez-vous de mots et d’acteurs, laissez libre cours à la chambre noire de votre imagination.

 

Théâtre de l’Odéon

Résa : 01 44 85 40 40.

Métro : Odéon
RER B: Luxembourg
Bus : 63, 87, 86, 7O, 96, 58.
Parkings : rue Soufflot, Place St Sulpice, rue de l’Ecole de Médecine.
Vélib‘ : cliquer ici pour accéder au plan des bornes Vélib’ du quartier.

Archive de 1998

Infos pratiques

L’académicienne Jacqueline de Romilly est décédée
Un fil à la patte mis en scène par Jérôme Deschamps dans la tradition
Bérénice Clerc
Comédienne, cantatrice et auteure des « Recettes Beauté » (YB ÉDITIONS), spécialisée en art contemporain, chanson française et musique classique.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *