Théâtre

Deux petites dames vers le Nord : un chef d’oeuvre d’humour noir

08 janvier 2011 | PAR Yaël Hirsch

Après avoir conquis le off d’Avignon, les comédiennes Cerise Guy et Martine Logier vont émouvoir et faire rire Paris dans le texte brillant de Pierre Notte, « Deux petites dames vers le Nord ».  C’est notre pièce coup de cœur de cette rentrée 2011, qui narre avec tendresse et humour noir l’odyssée de deux sœurs d’un certain âge vers la tombe de leur père, après le décès de leur mère. Une pièce qui prouve qu’on peut rire du deuil sans être obscène à découvrir d’urgence au Théâtre du marais.

Vous pouvez gagner vos places sur www.toutelaculture.com, en jouant à notre jeu-concours.

Le seul soir où Annette et Bernadette s’accordent une pause dans leur relais auprès du lit d’hôpital de leur mère pour voir une pièce de théâtre désolante, leur génitrice de 97 ans en profite pour mourir. Après l’incinération, les deux sœurs inséparables réalisent que le seul homme de la vie de celle-ci a été leur père. Elles décident alors de monter vers Amiens pour retrouver la tombe de leur papa et y poser les cendres de la défunte. Mais à leur retour à Paris, les deux orphelines sont cueillies par la police et doivent justifier leur incroyable odyssée…

Cerise Guy et Martine Logier se sont réapproprié avec brio le texte époustouflant de Pierre Notte pour le transmuer en fable irrésistible : à la fois tragédie et farce, « Deux petites dames vers le Nord » fait hurler de rire sans jamais vider le deuil de son sens. La rencontre de Martine Logier et Cerise Guy est explosive, et les deux comédiennes excellent dans le portrait d’amour et de mort de deux sœurs adorables, névrosées et inséparables. Le thème de la recherche de la sépulture du père touche, et l’humour noir agit comme un remède. En témoigne  la folle scène post-crémation, dans un bar où l’urne funéraire est posée à côté des frites sur le comptoir du bar, quand la cadette culpabilise de n’avoir jamais assez fait pour sa mère et de ne pas l’avoir emmenée à Venise : elle s’exclame alors :  « Je me déteste autant que le Troisième Reich ». Le texte doux-amer et riche de dizaines de jeux-de mots, le  jeu merveilleux des comédiennes et la mise en scène épurée  (un banc rotatif qui fait aussi bus, un comptoir, et deux chaises) dans laquelle la bande-son joue un rôle clé , font de cette pièce intimiste une des plus belles surprises de la rentrée. A voir d’urgence avant le 26 mars a Théâtre du Marais.

Le génial Pierre Notte s’est fait connaître avec « Moi aussi je suis Catherine Deneuve » (2006). Une autre de ses pièces est à l’affiche du théâtre du Rond-point jusqu’au 13 février : « Et l’enfant sur le loup« .

Faits d’hiver, le festival de danse de Paris
Gagnez 2×2 places pour la pièce Deux petites dames vers le Nord de Pierre Notte au Théâtre du Marais, le jeudi 13 janvier
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

5 thoughts on “Deux petites dames vers le Nord : un chef d’oeuvre d’humour noir”

Commentaire(s)

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *