Théâtre

DESIRS, un joli tissu tricoté d’œuvres littéraires et guitare acoustique au Petit Théâtre de Bordeaux

DESIRS, un joli tissu tricoté d’œuvres littéraires et guitare acoustique au Petit Théâtre de Bordeaux

25 juin 2018 | PAR Eriksen

Au Petit Théâtre à Bordeaux, Frédéric d’Elia nous guide de sa voix suave sur la carte du tendre des désirs masculins grâce aux grands auteurs du 18e au 20e siècle. Un pari risqué mais réussi.

Dans le noir, s’élève une voix chaude, masculine, enveloppante. Nous sommes dans « La solitude des champs de coton » de Koltès. De ce paradis blanc à la fois maternel et arachnéen, on évoluera ensuite d’homme en homme dans les désirs d’absolu à partir des textes de Balzac (Le lys dans la vallée) de Proust (Du côté de chez Swann) de Flaubert (L’éducation sentimentale), de Dumas fils (La dame aux camélia), de Duras (un barrage contre le pacifique) ou encore de Victor Hugo (lettre à Adèle Foucher), de Molière avec Dom Juan, de Diderot (lettre à sophie Volland), de Cocteau (Lettre à jean Marais), de Prévert (Dans la maison), ou de Zweig avec La confusion des sentiments

 

Ainsi, du   le lys dans la vallée  à  La confusion des sentiments, il faudrait repérer comme un itinéraire ? Peut-être, mais aussi une masculinité diverse, généralement douloureuse, souvent tyrannique, parfois amoureuse. La guitare de Philippe Vranckx marque opportunément les transitions pour aider le spectateur à s’y retrouver et laisser dans l’intervalle s’exprimer les intonations qui touchent et les silences qui parlent : excellent Fréderic D’Elia, sensible et pertinent, tant dans l’interprétation que dans le choix et l’enchainement des textes. Il est certes desservi par son physique  trop beau  et son sourire séducteur qui tirent légèrement l’ensemble vers Casanova, mais le spectacle gagne en cohérence ce que qu’il perd un peu en diversité.

Un joli parcours d’1h10 pour explorer un Masculin, un peu chahuté ces temps-ci, à travers la prose des grands écrivains du passé.

 

 

Au Petit Théâtre,10 rue du Faubourg des Arts. Bordeaux. Tous les jeudis du 26 avril au 26 juillet à 20h30.

 

Photos :© Frederic D’Elia

Infos pratiques

« Mois Molière 2018 » : « Falstaff » interprété par Mastoc, sa bedaine et son humour mordant
Décès du photographe sud-africain David Goldblatt
Eriksen

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *