Théâtre
Dayan Korolic : « Je suis passionné par la mythologie depuis tout petit »

Dayan Korolic : « Je suis passionné par la mythologie depuis tout petit »

03 mars 2022 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Le compositeur et bassiste Dayan Korolic est l’un des trois interprètes du spectacle de Sylvain Maurice, « La Fête des Roses ». Quelques jours avant ancre le début des représentations, le 9 mars au Théâtre Sartrouville Yvelines CDN, nous l’avons rencontré pour un entretien placé sous le signe de la mythologie.

Avec « La Fête des Roses », vous reprenez un grand mythe, celui de Penthésilée et d’Achille, d’après le livre de Kleist. Comment appréhendez-vous cette oeuvre ?

J’ai déjà travaillé sur Penthésilée, qui s’est créée il y a deux ans avec cinq chanteuses et moi- même à la basse. Avec La Fête des Roses, j’ai proposé à Sylvain Maurice (le metteur en scène, ndlr), un thème par personnage. Nous les avons ensuite déclinés suivant ce que vivent les protagonistes de la pièce en prenant en considération les ambiances ou les couleurs. Nous sommes dans un décor épuré, qui n’est pas figuratif. La forme est plus abstraite. C’est un théâtre de l’imaginaire.

Vous collaborez régulièrement avec Sylvain Maurice. Qu’aimez- vous dans sa façon de travailler ? Avez-vous une sensibilité artistique commune ?

Effectivement nous avons une complicité artistique qui s’affine au fil des années. Nous nous retrouvons souvent dans mon studio d’enregistrement. Sylvain lit le texte et nous élaborons la partition. Nous tissons la musique dans le texte au point de prolonger la parole.

Sur le plateau, vous êtes accompagnés du flûtiste indien Rishab Prasanna et de l’actrice Norah Krief. Les mots de Kleist ont-ils une résonance musicale particulière pour vous trois ?

Rishab Prasanna déploie une intensité extraordinaire. C’est un grand musicien doué d’une expressivité remarquable. Sa flûte, telle un personnage, joue toutes les émotions. Elle sait se saisir de l’action, être haletante, déterminée, délicate. Norah Krief rythme son jeu avec truculence et espièglerie. Les vibrations de ma basse sont le pouls de ce trio.

« La Fête des Roses » a des accents féministes. Comment percevez-vous les personnages de Penthésilée et d’Achille ?

Dans l’oeuvre d’Homère, Achille tue Penthésilée. Kleist a imaginé un retournement de situation par rapport à L’Illiade. Penthésilée et Achille sont de très jeunes adultes. Ils se découvrent eux- mêmes alors que la raison d’État, le sentiment amoureux et l’érotisme les assaillent. Ils sont mouvants. Face au superbe guerrier Achille, Penthésilée se montre domptée mais aussi virile. Elle s’amuse, prend plaisir à le féminiser. Lui, répond avec délectation, il joue la délicatesse jusqu’au vertige. C’est un couple amoureux complet, fatal. Nos instruments que sont la flûte et la basse jouent aussi avec les genres, et tels les deux héros ouvrent des perspectives.

Quel est votre rapport à la mythologie ?

Depuis tout petit, je suis passionné par la mythologie. Elle conte les grands combats que chaque humain affronte avec félicité et épouvante. Je m’inspire autant de littérature que de pop culture, de musique savante que de musique moderne. D’Homère à Hollywood, ces légendes et thèmes sont universels.

Avez-vous d’autres projets ?

Oui avec mon avatar musical Moonsonic. J’ai embarqué plusieurs musiciennes et musiciens dont Rishab Prasanna dans une épopée soul, urbaine et multicontinentale. Nous avons organisé un premier concert l’été dernier, à Paris dans le cadre de L’Hyper Festival.

La Fête des roses, du 9 mars au 1er avril. Navettes  gratuites 1h30 avant le debut du spectacle au depart de Paris (Place de l’étoile) . Horaires et réservations.

 

Visuel : © LaCabaneAuxFées

Olivia Grandville, mille et un projets au CCN de La Rochelle
Le Pacte magique : quand l’amitié triomphe des inégalités
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture