Théâtre
[Critique] « Ne me touchez pas » au TNS : une condensation efficace des « Liaisons Dangereuses »

[Critique] « Ne me touchez pas » au TNS : une condensation efficace des « Liaisons Dangereuses »

26 septembre 2015 | PAR Matthias Turcaud

Adaptation condensée des Liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos, Ne me touchez pas se distingue par l’élégance de sa mise en scène et d’intéressants partis pris. Tous les enjeux du texte originel s’y retrouvent, mais de manière synthétique.

[rating=3]

Dans l’écrin d’une langue classique mais mâtinée d’anglicismes, le trio central tiré des Liaisons dangereuses – le vicomte de Valmont, la marquise de Merteuil et la présidente de Tourvel – s’affronte, et se prête à des jeux avec l’amour qui se révéleront fatals. Elégance du style, cruauté des sentiments : ce hiatus si emblématique de toute la littérature française du XVIIIème siècle se trouve ici entièrement résumé.

Anne Théron convainc dans son travail de condensation maximale de l’oeuvre de Laclos – gommage des personnages secondaires, épurement de l’intrigue centrale -, comme par ses partis pris – octroyer un aspect cinématographique au récit, le mettre à distance par l’intervention d’un troisième personnage, une Voix qui commente les actions.

On apprécie en outre le soin apporté à l’interprétation, qui brille par un mélange détonnant de singularité et de sobriété. Tout est misé sur les voix amplifiées par l’usage de micros. La mise en scène travaille enfin assez intelligemment sur les apparences – via la présence de miroirs – et la notion de mise à nu qui fait d’autant plus sens lorsqu’on l’applique à ces deux personnages de séducteurs, qui s’avancent toujours masqués. Ce n’est que dans l’intimité de sa toilette, négligemment assise sur le bidet de sa baignoire que la marquise de Merteuil révèle sa poitrine nue … A voir !

Crédit photos : Jean-Louis Fernandez.

Au TNS, 1 avenue de la Marseillaise / 67000 Strasbourg.

Infos pratiques

« Balanchine / Millepied / Robbins » à Garnier : un vent d’Amérique
« 20 danseurs pour le XXe siècle », le sacre de la modernité par Boris Charmatz
Matthias Turcaud
Titulaire d'une licence en cinéma, d'une autre en lettres modernes ainsi que d'un Master I en littérature allemande, Matthias, bilingue franco-allemand, est actuellement en Master de Littérature française à Strasbourg. Egalement comédien, traducteur ou encore animateur fougueux de blind tests, il court plusieurs lièvres à la fois. Sur Toute La Culture, il écrit, depuis janvier 2015, principalement en cinéma, théâtre, ponctuellement sur des restaurants, etc. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *