Théâtre
[Critique] « Dévoration » au Festival Préliminaires à Vanves : des longueurs mais aussi de belles fulgurances

[Critique] « Dévoration » au Festival Préliminaires à Vanves : des longueurs mais aussi de belles fulgurances

20 mai 2015 | PAR Matthias Turcaud

Dans le cadre du festival de jeune création « Préliminaires » qui se déroule au Carreau du Temple et au Théâtre de Vanves, Maxime Franzetti a présenté hier Dévoration, une pièce concept un peu longue mais qui a ses points d’orgue et autres morceaux de bravoure.

[rating=3]

Fondateur du Laboratoire de Formation au Théâtre Physique, Maxime Franzetti, présent sur le plateau, propose avec sa troupe de dix jeunes comédiens pleins de fougue d’explorer le concept de « dévoration », de le déplier, de le décliner selon ses différentes acceptions, dans différents contextes : la dévoration comme appétit charnel ou belliqueux, protection maternelle ou symbole religieux …

On déplore la durée – deux heures qui se font hélas assez remarquer – d’un spectacle qui se dilue dans la longueur et manque d’unité, à force d’accumuler les situations et de sembler vouloir épuiser le concept choisi. Il nous semble que le catalogue des guerres ou les reprises de tableaux de vierges à l’enfant auraient pu être écourtées. De manière générale, un travail de tri et de condensation nous semblerait appréciable pour permettre à la création de gagner en force et en intensité.

Certaines scènes, cependant, interpellent et ressortent avec éclat. La sonorisation bruyante via des micros placés à proximité des baisers voraces de quatre mâles visiblement en rut s’attaquant aux bras et aux pieds d’une jeune demoiselle à leur merci, ou encore la séance, délectable, de webcam érotique en anglais, s’imposent par exemple comme des grands moments de théâtre où le choix de la durée ne dérange pas du tout, bien au contraire. C’est dommage, avec un peu de rigueur et en visant moins l’exhaustivité, tout le spectacle aurait pu être de ce niveau-là.

Dévoration, conçu et mis en scène par Maxime Franzetti. Représenté au Théâtre de Vanves, 12 rue Sadi-Carnot, Vanves (92170). Reprise le 3 et 4 juin au 104, 104 rue d’Aubervilliers (19ème) à 20h. 

Crédit photos : DR.

Infos pratiques

Walid Raad dénonce les conditions de travail sur les chantiers du Louvre Abu Dhabi
« The Artist is Absent » : un documentaire inédit sur Martin Margiela
Matthias Turcaud
Titulaire d'une licence en cinéma, d'une autre en lettres modernes ainsi que d'un Master I en littérature allemande, Matthias, bilingue franco-allemand, est actuellement en Master de Littérature française à Strasbourg. Egalement comédien, traducteur ou encore animateur fougueux de blind tests, il court plusieurs lièvres à la fois. Sur Toute La Culture, il écrit, depuis janvier 2015, principalement en cinéma, théâtre, ponctuellement sur des restaurants, etc. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *