Théâtre
« Carnet de route » au Théâtre du Mouvement : quand, le temps d’un soir, le geste confine au génie

« Carnet de route » au Théâtre du Mouvement : quand, le temps d’un soir, le geste confine au génie

09 novembre 2015 | PAR Mathieu Dochtermann

Dans le cadre de la célébration des 40 ans du Théâtre du Mouvement, de nombreux spectacles de très grande qualité sont à découvrir ou à redécouvrir. Cadeau de maîtrise et de générosité, Carnet de route, sous la direction bienveillante de Claire Heggen et d’Yves Marc, est une rétrospective de ces 40 ans de défrichage des confins de ce que le Mime et les Arts du geste peuvent offrir de plus beau et de plus émouvant. Belle soirée, où passait – silencieusement – le souffle du génie.

[rating=5]

Ce n’est pas pour rien que Claire Heggen s’est vue décerner le Prix de la Transmission lors de la dernière édition du Festival Mondial des Théâtres de Marionnettes : avec son complice de toujours, Yves Marc, elle a profité des 40 ans du Théâtre du Mouvement pour transmettre un florilège de morceaux extraits du répertoire construit au fil des expérimentations de la troupe. On prend ici toute la mesure de la démarche d’innovation constante qui a animé les deux compagnons de route tout au long de leur belle carrière; « jamais là où on nous attendait » comme Claire Heggen le soulignera lors du débat qui suivit la représentation unique de ce spectacle-rétrospective. Les comédiens ayant reçu cette transmission font partie de l’unique promotion des Arts du mime et du geste de l’ESAD, et ont fièrement relevé le défi.

Parfois drôle, parfois grave, pas toujours parfaitement silencieux, toujours subtil, c’est un art entier qui est restitué sur scène, une prouesse d’imagination au service de morceaux sensibles, tendres, toujours poétiques. Avec ou sans costumes, seuls en scène ou en groupe, souvent en musique, les interprètes se sont livrés complètement, et avec talent, sur la scène de l’International Visual Theater, devant un public constitué en grande partie de malentendants, qui ont été très sensibles à cet art où le son n’est que très accessoire. Fascination réciproque, d’ailleurs, les interprètes reconnaissants à plusieurs reprises avoir été admiratifs devant l’expressivité gestuelle et corporelle de leur public d’un soir.

Commencée sur un duo fort, presque animal, joué dans des costumes inquiétants, extrait des Mutants, la rétrospective s’achève sur Le défilé de démarches, une scène de groupe vive, amusante, singulière, qu’on s’aventurerait à dire tendrement humaine, dans sa simplicité et son dépouillement. Tendresse, humanité, dépouillement, comme un leitmotiv qui constituerait le fil conducteur de la carrière très riche de Claire Heggen et d’Yves Marc…

De bout en bout, l’inventivité déployée et la subtilité des effets exercent leur charme. Peut-être même les commentaires en voix off, présentant chacun des extraits, étaient-ils de trop, tant la magie des scènes choisies opère avec sa propre évidence. Tour de force d’autant plus impressionnant qu’interprètes et professeurs n’ont eu qu’une semaine de travail pour mettre au point cette représentation. Quand on voit la complexité de certaines scènes de groupe, comme La photo de famille, qui demandent une coordination fine et une attention totale aux autres, on mesure la prouesse réalisée. Les repères sonores, souvent repères soufflés, ajoutés pour l’occasion, ne détonnent finalement pas, et amènent presque une corporalité supplémentaire en donnant à entendre l’effort physique et le mouvement.

Il est bien triste que Carnet de route n’ait été donné qu’une unique soirée. Mais les 40 ans du Théâtre du Mouvement sont prétextes à d’autres représentations, et l’espoir de voir Carnet de route présenté à nouveau dans le futur n’est pas interdit…

Mise en scène : Claire Heggen et Yves Marc
Avec : Jonathan Aubart, Marine Garcia, Guilhem Loupiac, Mattia Maggi, Yoanna Marilleaud, Tom Verschueren, Albertine Villain Guimmara, Mathieu Duval
Production : Théâtre du Mouvement avec le soutien d’IVT – International Visual Theatre

Visuels : © Céline Gallot

Levée de Tabou au Lucernaire
Georgia O’Keeffe et ses amis photographes au musée de Grenoble : « l’attirance est si grande »
Mathieu Dochtermann
Passionné de spectacle vivant, sous toutes ses formes, des théâtres de marionnettes en particulier, du cirque et des arts de la rue également, et du théâtre de comédiens encore, malgré tout. Pratique le clown, un peu, le conte, encore plus, le théâtre, toujours, le rire, souvent. Critère central d'un bon spectacle: celui qui émeut, qui touche la chose sensible au fond de la poitrine. Le reste, c'est du bavardage. Facebook: https://www.facebook.com/matdochtermann

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *