Théâtre
Bien arrivée à Ottawa, un seul en scène cathartique sur la quête de soi, au Théâtre La Flèche.

Bien arrivée à Ottawa, un seul en scène cathartique sur la quête de soi, au Théâtre La Flèche.

21 octobre 2019 | PAR Geraldine Elbaz

Marité Blot incarne Marie-Yolande Grapaud, une amaxophobe qui a tout tenté pour vaincre sa phobie de conduire et qui nous le raconte avec sensibilité et humour.

Une quinquagénaire en pleine introspection est installée sur une chaise devant son petit bureau en bois, un livre de développement personnel entre les mains, quand le public s’installe. Elle saisit son téléphone et tente de joindre un psychiatre pour prendre rendez-vous.
 
Nous retraçons avec elle son parcours depuis son enfance bretonne jusqu’à son arrivée à Paris en 4L pour devenir comédienne, afin de tenter d’élucider l’origine de sa phobie qui l’empêche de s’affirmer et d’être elle véritablement.
 
Par quel mécanisme une simple peur se transforme-t-elle en phobie bloquante et handicapante? D’où viennent ces angoisses excessives et comment faire pour s’en débarrasser? Sommes-nous à ce point conditionnés par nos familles, notre environnement, notre culture, que pour vivre, il faille s’en affranchir? 
 
Par le biais d’une mise en scène sobre et efficace et d’un texte signé Tatiana Goussef, Marité Blot nous embarque dans son monde intérieur sensible et décrypte ses émotions. Ainsi on entendra ses battements cardiaques s’accélérer quand Marie-Yolande sera au volant de sa voiture, prise de nausées et de vertiges, nous exposant sa vulnérabilité et tentant par là-même de la comprendre et d’y faire face.
 
Vous êtes partie, mais vous n’êtes toujours pas arrivée lui dira son psychanalyste : phrase clé qui souligne ici le chemin à parcourir vers la découverte de soi, sans peurs ni freins bloquants et qui une fois identifiés nous libèrent.
Cette approche nous évoque la célèbre phrase de Nietzsche extraite de Ainsi parlait Zarathoustra : deviens ce que tu es, qui invite à se dépasser, à surmonter les obstacles pour se réaliser pleinement.
 
Ce spectacle s’adresse à tous ceux qui comme Marie-Yolande tentent de comprendre, de décortiquer et d’avancer. 
Une pièce qui fait du bien.
 
Crédit photo : ©Marie Charbonnier
Bien arrivée à Ottawa
Compagnie Les Transsibériennes
Durée: 1h30
Les samedis à 19h jusqu’au 30 novembre 2019
En Acte(s) à Lyon, un festival définitivement indispensable.
Festival de Parme 2019 – chroniques verdiennes. 3ème partie : I due Foscari et Luisa Miller
Geraldine Elbaz
Passionnée de théâtre, de musique et de littérature, cinéphile aussi, Géraldine Elbaz est curieuse, enthousiaste et parfois… critique.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *