Théâtre

« Batman contre Robespierre » au Off d’Avignon : hilarante descente aux enfers

« Batman contre Robespierre » au Off d’Avignon : hilarante descente aux enfers

17 juillet 2018 | PAR Maïlys Celeux-Lanval

Au théâtre du Train Bleu (Avignon), une pièce détonne : succès des énergumènes du Grand Colossal Théâtre, Batman contre Robespierre raconte l’histoire d’un homme qui perd son travail, son logement et sa famille… Sur un rythme ultra-absurde. Tragi-comique, le spectacle est exceptionnellement drôle.

 

L’idée ? Partir du livre de Job (qui met à l’épreuve un homme intègre en le soumettant aux caprices du diable) pour questionner le mode de vie contemporain. Un homme, nommé Jean-Claude Barbès, possède un travail, une femme, un enfant, un appartement. Petit à petit, soumis aux lois du marché et à celles de l’absurde, il va tout perdre.

Son patron lui annonce qu’il n’y a plus assez de travail pour lui en fournir façon « Eh oui, c’est comme ça « , son appartement se trouve être celui d’une quarantaine de personnes et ne lui appartient plus, sa femme part, son fils disparaît… La déferlante de violences qui s’abat sur Jean-Claude n’évoque pourtant rien de triste ou d’affligeant : grâce à une écriture légère et pointue, un jeu volontairement outré (une performance !) et une gestuelle travaillée à la perfection, on rit énormément, un peu jaune parfois, mais toujours de bon cœur.

Les malheurs de Jean-Claude Barbès ne sont ni logiques ni expliqués. Idem pour l’univers qui l’entoure. En témoigne le maire de la ville qui se déguise en lapin parce que les lapins sont mignons ; ça n’a pas de sens mais l’idée est efficace, et le discours officiel hilarant. Le spectacle commence et se termine d’un coup, sans préambule, dans un grand éclat de rire : c’est rafraîchissant, très rythmé, drôle. Chapeau !

Batman contre Robespierre, du 6 au 29 juillet 2018 à 19h10, au théâtre du Train Bleu (relâche les lundis)

Visuel © Le Grand Colossal Théâtre – Batman contre Robespierre

Infos pratiques

Francofolies de La Rochelle : le choc Eddy de Pretto et Jeanne Added, La Marseillaise de Jane Birkin, la classe de MC Solaar
Avignon Off : « 59 » ou la malédiction d’Albert Crash
Maïlys Celeux-Lanval

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *