Théâtre
Bonne nouvelle : le théâtre des Déchargeurs à Châtelet fait peau neuve pour un nouvel enthousiasme.

Bonne nouvelle : le théâtre des Déchargeurs à Châtelet fait peau neuve pour un nouvel enthousiasme.

27 septembre 2021 | PAR David Rofé-Sarfati

La salle les déchargeurs ouvre avec une nouvelle direction et des propositions brulantes. Déjà, nous avons repéré deux pièces qui obligent à retrouver le chemin vers cette salle iconographique.

Un théâtre chargé d’histoire.

Construit en 1708, on raconte que dans ce lieu aurait officié, aux XIVe et XVe siècles, Nicolas Flamel, l’alchimiste ayant découvert la pierre philosophale permettant de transmuter les métaux en or. Protégé au titre des Monuments historiques depuis 1925, pour ses façades sur rue et sur cour, ainsi que pour ses toitures, le bâtiment est resté longtemps à l’abandon avant d’être repris en 1979 par Vicky Messica qui en fait une scène des arts et de la poésie. Il fut par la suite dirigé par Lee Fou Messica et Ludovic Michel entre 1998 et 2018, puis par Elisabeth Bouchaud de 2018 à 2020. Le 14 mars 2020, Les Déchargeurs baisse le rideau. La crise sanitaire s’est doublée d’une autre tempête : la mise en vente du lieu. Au printemps 2021, Adrien Grassard, jeune auteur de 24 ans, reprend la direction du lieu. Originaire de La Rochelle, il développe très tôt dans son enfance une sensibilité pour l’écriture et les histoires en tous genres et sur tous supports. Son projet : revenir à un théâtre simple fait d’échanges, de transmission, de débat, de rêve, d’évasion, de mots, de poésie. 

Une nuit à travers la neige D’après L’Homme qui rit de Victor Hugo

Ariane Pawin relève le défi de nous plonger dans l’univers de L’Homme qui rit de Victor Hugo avec comme seule arme la présence vivante et intime de la conteuse. De la langue du poète elle a gardé la force des images, la rudesse des sensations, la vigueur des mots, et c’est sa parole brute qui nous conduit dans la lande enneigé. Par son corps, sa voix, ses mains la comédienne nous raconte le premire chapitre de l’Homme qui rit de Victor Hugo. Le jeune Gwynplaine luttant contre le froid et le gel va ramasser sur le cadavre de sa mère la petite Dea , presque morte, encore nourrisson et déjà aveugle ;  il la sauvera d’une mort certaine avant de croiser le chemin du truculent Ursus le forain et de son loup Homo. Le geste de Ariane Pawin est multiforme ; il se situe entre danse, messe et transe et saisit la public. Du 3 au 26 octobre du dimanche au mardi 21H

La paix dans le monde  du collectif Diastème.

Le spectacle est le dernier opus d’un triptyque dont chaque partie peut être vue séparément. Frédéric Andrau nous émeut. Il nous parle d’amour, d’un amour absolu, d’un amour fou au vrai sens du terme. Cinq ans ont passé. Puis dix, puis quinze. Simon n’a pas revu Lucie. Il vit en Suisse, à quelques kilomètres de la maison de Charlie Chaplin. Il lit des livres, il fait du feu. Il ne voit pas le temps passer. Cependant Simon se prépare au jour où ils seront à nouveau réunis. Il doit être prêt. Tout doit être prêt. Car le monde n’oubliera jamais ce jour.  La scénographie minimaliste enrichie d’une video de Lucie (Emma de Caunes) donne toute la force au texte lentement prononcé, parfois chuchoté. L’histoire se tisse sur plusieurs années. Elle est la chronique d’un amour véritable mais singulier et parfois effrayant. Elle est la chronique  de la réparation d’une passion qui percute la réalité, où  les douleurs se calment, les corps s’apprivoisent; sans que jamais l’amour ne décline. Frédéric Andrau est lunaire et magnétique. Le comédien est épatant dans cette bouillonnante sérénité. Du 1 au 30 octobre du mercredi au samedi à 19h.

 

©Visuel: affiche

Infos pratiques

Le succès mérité de Squid Game !
Hassane Kassi Kouayaté, sur l’avenir des Francophonies : « Comment on peut faire une programmation artistique sur la création sans savoir où on va jouer l’année prochaine ? »
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture