Théâtre
Avignon OFF : Samuel Beckett revient dans “Oh les beaux jours”

Avignon OFF : Samuel Beckett revient dans “Oh les beaux jours”

14 juillet 2022 | PAR Lucine Bastard-Rosset

La petite salle du Théâtre de la Tâche d’encre accueille entre ses murs une pièce du célèbre dramaturge Samuel Beckett, Oh les beaux jours, portée par une actrice époustouflante, Véronique Boulanger. 

Une chaleur à faire perdre la tête

Il est possible de trouver en plein cœur d’une ville marquée par la canicule un lieu où la chaleur se fait encore plus écrasante. Ce lieu, personne ne sait où il se trouve, perdu au milieu d’un nulle part, entre deux dunes. Il y vit deux êtres, deux humains ? La femme reste figée, incapable de se déplacer, seul son torse dépasse du sol. L’homme rampe, gémit, se terre. Tous deux sont là, essayant de combler à leur façon chaque journée. 

La chaleur se ressent, la pesanteur qu’elle dégage, pèse. Sur la scène s’étend un amas de tissus, du sable à perte de vue. La lumière se fait incessante, jaune à n’en plus finir, sans aucune variation. Tout est toujours pareil, rien ne change, la chaleur rend fou. 

A quand les beaux jours ? 

Afin de contrecarrer le temps statique, Winnie parle. Elle enchaîne les phrases, s’entête à être enchainer à elles. Sans elles, elle n’est plus rien, alors elle parle. Tous les jours, la même mécanique se met en place, elle se répète, inlassablement. Alors Winnie économise les gestes à faire, remet à plus tard pour se laisser la possibilité de croire que plus tard, elle aura une chose à faire. 

Oh les beaux jours est une pièce sur la solitude, sur l’ennui, sur le temps. Winnie tente désespérément de se sentir moins seule, un peu plus écoutée, aimée. Elle cherche l’attention de son mari, ce Willy qui ne fait que dormir, qui accepte à certaines occasions de faire sonner sa voix rauque. “A quand les beaux jours ?” Quand seront-ils là ? Ont-ils déjà été ? Des souvenirs émanent, ceux d’une vie passée, qui semblait si belle mais qui est si floue, presque inexistante.

Un magnifique monologue

Ils sont deux, mais elle seule fait sonner des mots, laisse son visage apparaître au grand jour. Winnie se pare d’une robe de mariée, d’un collier de perles, d’un chapeau à dentelle fine. Elle veut être belle, elle ne veut pas se laisser aller. Willy, au contraire, se déplace nu, sans souffler mot, sans aucune manière. Le comédien Jérôme Keen se meut dans une animalité étrange. Il est un corps, un personnage dont on ne voit le visage qu’au second acte. Il rampe, se tire sur le sol, donne à voir un corps à la merci de la chaleur et de la douleur.

Véronique Boulanger donne vie au texte de Beckett. Elle fait sonner chaque phrase, emplit d’une grande humanité son personnage, auquel on ne peut que s’attacher. Sa détresse nous afflige, on voudrait la voir sortir de terre, se déplacer, courir. Mais elle reste là, enterrée, à répéter les mêmes gestes en boucle. Son visage change sans cesse d’expression : il faut lutter, ne pas se laisser aller, il faut accepter chaque parcelle de plaisir, pour que ce jour fasse partie des beaux jours ! 

 

Un spectacle qu’il est possible de voir à 14h au Théâtre de la Tâche d’encre jusqu’au 30 juillet.

Visuel : ©Affiche

L’actrice Charlotte Valandrey s’est éteinte à 53 ans
« In Bìlico » : sur le fil au bord du monde
Lucine Bastard-Rosset

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


A propos

Toute La Culture : Comment choisir ?
Toute La Culture est un magazine d'information pluridisciplinaire et national. Il regarde notre societé par les yeux des tendances et de la culture. Fondé en 2009, il est reconnu comme journal en 2012 puis d' Information Politique et Générale (IPG), en 2017

L’objectif de Toute La Culture est véritablement de parler de TOUTE la culture : un film d’animation d’Europe de l’Est comme blockbuster américain à énorme budget, un récital lyrique comme un nouvel album de rap, la beauté et les tendances sont abordées d’un angle culturel et même les sorties en boîte de nuit et les nouveaux lieux à la mode sont dans nos pages. Enfin, les questions politiques d’actualités sont au coeur de nos articles : covid, #metoo, mémoire, histoire, justice, liberté, identité sont au cœur de nos réflexions à partir des spectacles et œuvres que nous voyons comme critiques. Non seulement nos rédacteurs se proposent être vos guides et de vous aider à choisir dans une offre culturelle large, à Paris, en France, en Europe, mais c’est parce que Toute la Culture brasse large que, dans ses quinze articles quotidiens, le magazine doit avoir un point de vue arrêté sur l’actualité. Et ce point de vue part du principe que l’angle culturel offre une grille de lecture unique et précieuse sur le monde dans lequel nous vivons.
Soyez libres… Cultivez-vous !

Soutenez Toute La Culture