Théâtre

[Avignon Off] Retour à Reims, Laurent Hatat capte l’impossible départ

[Avignon Off] Retour à Reims, Laurent Hatat capte l’impossible départ

18 juillet 2014 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Quelle idée ! Aussi géniale qu’ardue. Mettre en scène la parole du sociologue, mettre en scène Didier Eribon, l’auteur de la Réflexion sur la question gay. C’est l’homme que nous découvrons sur scène, celui qui a écrit une sorte de biographie, nommée Retour à Reims. Voyage dans le passé, l’homophobie, la province et son racisme.

[rating=5]

Antoine Mathieu est Didier. Il revient, après 35 ans pour la première fois dans la ville de sa naissance. Son père est mort il y a une heure sans qu’il ne l’ait jamais revu. Il retrouve sa mère, Sylvie Debrun qui lui balance en premier mot : « tu aurais pu me prévenir ».

La mise en scène de Laurent Hatat nous place dans le fil chronologique d’une journée. Lui arrive en fin de matinée et repartira après le déjeuner. Reims, à peine une heure de train de distance de Paris. « C’est en mesurant la distance qu’on met fin à l’exil ».

Didier a quitté : la misère de la reproduction sociale, la haine de l’autre qu’il soit pédé ou noir et la vie qui décline. Il est parisien, journaliste, universitaire, gay. Il est une star des plateaux télé, la référence sur les questions homosexuelles. Ce mot-là arrache tellement la bouche de ceux qui sont de sa famille que la seule définition qu’il entend de lui est « comme toi », ce garçon est « comme toi ».

Il est l’étranger en même temps que le traître. Il est celui qui a osé partir, faire les 144 kilomètres qui séparent les mondes. Eribon n’aura de cesse dans son travail de parler de ces classes impossibles à abattre, méprisées et abandonnées par la Gauche.

Les comédiens sont magnifiques, justes, absolument justes. Ils sont ces mondes qui s’opposent sans pouvoir se séparer. Comment faire quand un membre de sa famille, sa mère, son frère, son père vote Front National ? Comment ne pas se sentir coupable quand on est le seul à avoir choisi de dépasser sa classe sociale dans un égoïsme nécessaire.

Ce texte dit exactement ce que « venir de province », et le blâme que cela pose, veut dire. C’est une tâche à vie quand on veut grimper à Paris. Lui ne dépasse pas le DEA, miracle quand on est né dans une ville ouvrière mais arrivé à la capitale, le diplôme ne vaut rien,il lui faudra de l’entre-soi et c’est bien le fait d’être homo qui lui servira de levier.

On étouffe dans cette cuisine où l’émotion est palpable et l’on retrouve avec joie la parfaite direction d’acteurs de Laurent Hatat.

Retrouvez le dossier Festival d’Avignon 2014 de la rédaction

Infos pratiques

Maison Jean Vilar
Ferarra sotto le stelle
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

3 thoughts on “[Avignon Off] Retour à Reims, Laurent Hatat capte l’impossible départ”

Commentaire(s)

  • DESCHAMPS Evelyne

    l’adaptation théâtrale de  » Retour à Reims » est-elle éditée? disponible?
    Cordialement

    juillet 23, 2014 at 23 h 19 min
  • Rainaud

    « La province et son racisme ». Belle manière encore d’ériger des barrières et de faire des raccourcis. Dans le cas précis de l’expression que vous employez, nous aurions donc une capitale ouverte et tolérante face à une province raciste. une capitale multiforme face à « la province », ce bloc uniforme triste et inculte. Avez-vous bien lu l’essai d’Eribon qui ne se place pas du point de vue de « la province » mais de la classe ouvrière qui l’a vu naitre. Province = classe ouvrière? Expliquez moi votre point de vue, je ne comprends pas!

    novembre 17, 2014 at 13 h 02 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *