Théâtre
[AVIGNON OFF] Mademoiselle Espérance au théâtre Arto : un joli conte chantant

[AVIGNON OFF] Mademoiselle Espérance au théâtre Arto : un joli conte chantant

13 juillet 2015 | PAR Maïlys Celeux-Lanval

Une vieille, très vieille femme arrive sur scène : son gros nez et son gros ventre sont formés par un masque et un rembourrage des plus amusants. On fait connaissance avec Madame Anaïs, pétulante Marseillaise qui ne cesse de râler au sujet de sa maison de retraite, où elle fait figure d’exception joyeuse parmi les croulants. Un homme, employé de la maison, l’apprivoise peu à peu et la fait parler d’elle et de son passé de chanteuse… Sur la scène du théâtre Arto du 4 au 26 juillet 2015, Mademoiselle Espérance a la couleur de la mélancolie et la saveur de l’Estaque, la troupe des Carboni réussissant à nous faire faire un incroyable voyage dans le temps.

Mademoiselle EspéranceRessusciter l’opérette marseillaise des années 30, telle est la mission des Carboni : pour ce faire, ils empruntent la voix d’Anaïs, une petite vieille pleine de souvenirs aimant à pousser la chansonnette dès que quelqu’un l’y invite. Son récit autobiographique est donc ponctué de vieilles chansons, cocasses ou coquines. Elle raconte ses débuts en tant que chanteuse, ses premiers pas sur les scènes parisiennes, retraçant ainsi l’histoire des opérettes marseillaises, conçues à la Belle Époque par des Marseillais pour des Parisiens. Et, au détour de phrases en patois marseillais, l’évocation est charmante : on s’y croirait.

Derrière le masque tordant de Madame Anaïs (il faut la voir remuer le nez en suçotant une paille !), la comédienne Edwige Pellissier, excellente : qu’elle chante ou qu’elle joue la Marseillaise de jadis, elle incarne à merveille ce personnage tissé de rêves qu’est Madame Anaïs, autrefois surnommée Mademoiselle Espérance. Et de l’espoir, il y en a beaucoup dans ce spectacle : loin du passéisme, loin de la carte postale sucrée, l’ode au passé est ici un clin d’œil au présent. On rit quand Madame Anaïs parle de l’amour libre : « les jeunes d’aujourd’hui croient avoir inventé l’amour libre, mais nous il fallait nous attacher avec de la ficelle hein ! ». Et d’une farce à l’autre, l’aspect sensible du texte est toujours plus évident : Madame Anaïs est malheureusement bel et bien en train de devenir « alsacienne », comprenez atteinte de la maladie d’Alzheimer. La vieillesse est abordée avec douceur mais sans concession, car que sera, sera… Quoiqu’il advienne, le souvenir est beau, il est puissant. Et la salle, à la fin du spectacle, est tout entière émue aux larmes.

Informations pratiques :

Mademoiselle Espérance
Théâtre Arto
Du 4 au 26 juillet 2015
Tarifs : 18, 12, 5 euros
Les enfants apprécieront !

Gagnez 20×2 places pour l’expo Lyonel Feininger au MuMa du Havre
Gagnez 2 exemplaires vinyles de « From Kinshasa », le premier album de Mbongwana Star
Maïlys Celeux-Lanval