Théâtre
Avignon OFF : Fragments, Hannah Arendt dans la joie

Avignon OFF : Fragments, Hannah Arendt dans la joie

08 juillet 2021 | PAR David Rofé-Sarfati

C’est dans le Lycée Pasteur que Charles Berling crée la pièce Fragments à partir de textes d’Hannah Arendt adaptés par Bérengère Warluzel. Le lieu souligne la première qualité de la pièce : la générosité d’un enseignement de la pensée. 

Penser

Bérangère Warluzel et Charles Berling invitent le public, à travers les mots d’Hannah Arendt, à aimer cette faculté inhérente à la nature humaine : penser. L’implication de la comédienne et une mise en scène sourdement complexe prouvent que les mots de la politologue et philosophe ne sont pas réservés à une élite.  

Hannah Arendt est née en 1906 à Hanovre (Allemagne), dans une famille juive. Élève de Martin Heidegger puis d’Edmund Husserl, elle soutient à 22 ans son doctorat de philosophie sur le concept d’amour chez Saint-Augustin. En 1933, elle est contrainte de fuir l’Allemagne nazie et de se réfugier en France, où elle résidera jusqu’en 1940. À Paris, Hannah Arendt rencontre Jean-Paul Sartre, Raymond Aron, Stefan Zweig et Bertolt Brecht au sein d’organisations sionistes pour lesquelles elle milite. Elle y fait aussi la connaissance d’Heinrich Blücher, un communiste allemand qu’elle épouse quelques années plus tard. En 1941, la philosophe émigre aux États-Unis avec sa mère et son mari. L’année 1951 marque le début de sa renommée avec notamment la publication de son livre Les Origines du totalitarisme. 

Ecoute

Charles Berling, riche d’une longue carrière en tant que comédien au théâtre autant qu’au cinéma, est un artiste connu. Toutefois, peu connaissent sa curiosité et l’exigence de sa pensée. Pour Fragments, il a su épouser le geste de Bérengère Warluzel. La scénographie accompagne le propos avec délicatesse et offre au spectateur d’entendre le texte avec attention, grâce une concentration soutenue. 

Après les applaudissements, la cour du lycée Pasteur se transforme en une agora. Chacun échange sur les concepts et les aphorismes d’Hannah Arendt, qu’il a su mémoriser avec gourmandise durant la représentation. Penser est une jubilation et un enthousiasme qui se partagent. 

Fragments, Textes Hannah Arendt Adaptation Bérengère Warluzel Mise en scène Charles Berling Avec Bérengère Warluzel à Présence Pasteur 13 rue du Pont Trouca. Du 7 au 28 juillet – Relâches : 8, 15, 22 juillet à 11h00

Crédit Photo (c) Nicolas Martinez

[Cannes 2021] Ouistreham d’Emmanuel Carrère ouvre la Quinzaine des réalisateurs
[Cannes 2021, Compétition] Le genou d’Ahed de Nadav Lapid
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture