Théâtre

Avignon OFF 2019 : « Humiliés et offensés », une fresque sociale où chacun tente de trouver sa place…

Avignon OFF 2019 : « Humiliés et offensés », une fresque sociale où chacun tente de trouver sa place…

07 juillet 2019 | PAR Magali Sautreuil

Créée en octobre 2018, Humiliés et offensés est une fresque sociale, qui décrit une société à bout de souffle, un monde froid et cynique, dans lequel des hommes et des femmes tentent de trouver leur place, sans vraiment y parvenir. Servie par une écriture simple et touchante, elle abolit les frontières entre spectateurs et acteurs. Une pièce à découvrir en toute intimité au théâtre des Lucioles, dans le cadre du Festival OFF d’Avignon.

 

La pièce commence sans que l’on s’en rende compte, avec une simplicité déconcertante. Elle nous invite à découvrir une même histoire, à travers le regard de quatre personnages différents. Cette année, dans le cadre du Festival OFF d’Avignon 2019, la compagnie NAR6 a choisi de présenter le parcours de deux protagonistes : celui de Natacha et du Prince, deux êtres en quête d’absolu et de liberté, que tout oppose.

Natacha est une jeune femme passionnée, prête à tout sacrifier pour vivre son amour avec Aliocha, le fils du Prince, qui est en procès contre son propre père. Suite à son licenciement, le père de Natacha est en train de tout perdre. Sa fille est tout ce qui lui reste. Mais Natacha ne peut quitter Aliocha, ne serait-ce qu’une seconde, de peur qu’il ne l’oublie… Son absence est une torture pour son père… Mais Natacha ne vit plus que pour Aliocha qui, par son attitude enfantine et sa naïveté, la fait souffrir sans s’en rendre compte. Mérite-t-il seulement tous les sacrifices que Natacha fait pour lui ? L’amour seul ne suffit pas ; il se prouve par des actes et non par de belles paroles. Si Aliocha aime tant Natacha, pourquoi la laisse-t-il ainsi souffrir ? Pourquoi la contraint-il à vivre dans la précarité ? Son amour est un poison, qui lentement tue Natacha…

Les choses seraient tellement plus simples si elle l’abandonnait ! Le Prince en serait d’ailleurs ravi ! Lui qui n’utilise son fils que comme un faire-valoir, il ne comprend pas l’intérêt de cette relation qui ne lui apporte rien… Égoïste et cupide, il n’a cure de l’amour et n’entend rien au concept de romance. Au cours d’un repas avec Ivan, il tombera le masque pour révéler toute l’ampleur de son cynisme et de son égocentrisme.  

Pauvre Ivan ! Ami et ancien fiancé de Natacha, pour laquelle il éprouve toujours une certaine tendresse, il assiste impuissant à sa déchéance. Écrivain et poète, il est tel le narrateur omniscient des livres, qui connaît le dénouement de l’histoire, sans pourtant être en mesure de le modifier. Ivan est d’ailleurs le seul personnage commun aux quatre parcours. C’est lui qui rapporte la parole des absents… Il fait partie intégrante du récit, tout en étant extérieur à ce dernier.

Un peu comme Nelly, la musicienne et chanteuse, qui incarne une mendiante, dont le destin tragique fait écho à celui qui se dessine pour Natacha. Sa voix amplifie les émotions ressenties par les personnages. Dommage qu’on ne l’entende pas davantage ! Puissant et sensible, son chant donne pourtant du corps à l’intrigue et aux personnages.

La musique originale de la pièce est cependant très bien pensée. Ses accents industriels, de même que le décor épuré, correspondent à l’image du monde froid, brutal et cynique, dans lequel évoluent les personnages.

Chacun d’entre eux questionne les règles absurdes de la société dans laquelle ils vivent, se battent, espèrent, déchantent, humilient… Les protagonistes oscillent entre émancipation et enfermement. Ils évoluent tantôt dans un espace restreint, matérialisé par un rectangle lumineux, tantôt à l’extérieur de l’espace scénique, questionnant le public sur leurs relations et leur situation.

La frontière entre acteurs et spectateurs est ainsi abolie, de même que celle entre réalité et fiction. Chaque spectateur pourra se reconnaître dans cette écriture simple, qui vous prend au cœur, ainsi que dans le quotidien, les faiblesses et les sentiments de ces hommes et femmes.

Seul regret : ne pas pouvoir voir les deux autres parcours que retrace la pièce dans son intégralité !

Humiliés et offensés, d’après Fiodor Dostoïevski, adapté et mis en scène par Anne Barbot, présenté dans le cadre du festival OFF d’Avignon, au théâtre des Lucioles, du 5 au 28 juillet 2019, à 13 h 45. Relâche les mardis. Durée : 1 h 35.

Retrouvez l’actualité de la compagnie NAR6 sur son site Internet (ici) et sa page Facebook (ici).

Visuels : Affiche officielle/Photo de Dominique Gubser

Infos pratiques

Festival des caves
Le Huit
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

One thought on “Avignon OFF 2019 : « Humiliés et offensés », une fresque sociale où chacun tente de trouver sa place…”

Commentaire(s)

  • Pierre

    Un coup de cœur datant d’hier.
    Le spectacle DEUX RIEN joué aux Lucioles.
    Je voulais remercier les deux comédiens pour cet instant d’humour, de poésie et d’émotion offert.
    Je n’ai pu le leur dire directement, aussi je me rattrape en parlant ici de la magie de leur spectacle.
    Merci à eux.

    juillet 7, 2019 at 12 h 14 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *