Théâtre

Avec « Notre Carmen » le collectif Hauen und Stechen fait son cirque à l’Athénée.

Avec « Notre Carmen » le collectif Hauen und Stechen fait son cirque à l’Athénée.

13 novembre 2017 | PAR David Rofé-Sarfati

Pour leur première apparition sur une scène française, à l’Athénée Louis Jouvet les berlinois du collectif de théâtre musical Hauen und Stechen s’emparent de Carmen pour une performance collective et participative. C’est frais, différent et joyeux. 

Un cirque musicale allemand de grande qualité.
Carmen est ici revisité et singulièrement réinterprété. Le collectif Hauen und Stechen habitué des scènes allemandes, des plus prestigieuses aux plus underground, propose ainsi une version pittoresque, multicolore et décalée du classique de Bizet. La performance est pensée et exécutée collectivement; les musiciens classiques, les danseurs et les deux metteuses en scène d’opéra du collectif se sont emparés du texte de Carmen et de son esprit ; le résultat est un spectacle bigarré  qui attrape son public, le scotche à son siège.
Franziska Kronfoth et Julia Lwowski ont étudié la mise en scène d’opéra à l’école Hanns Eisler de Berlin. Depuis 2012, elles développent un théâtre musical et osent toujours dépasser les limites traditionnelles du genre. Partant de la partition de Bizet, elles proposent une dramaturgie musicale faite de mouvements désordonnés, de danses joyeuses, de gags clownesques, de fausses déroutes, de motifs de cirque, de dessin animé et de film en noir et blanc. On assiste à un opéra nouveau difficile à décrire sauf à dire que l’on croit y retrouver parfois d’autres génies comme Marthaler ou les Foot’sbarn, d’autres univers aussi comme le théâtre de rue, le cirque, le cinéma noir et blanc burlesque ou la danse contemporaine.

Le texte de Carmen très présent est honoré. 

Carmen est un opéra-comique en quatre actes de Georges Bizet, on le sait, sur un livret on le sait moins d’Henri Meilhac et Ludovic Halévy, d’après la nouvelle, de Prosper Mérimée. À sa création l’œuvre ne rencontra pas son public. Aujourd’hui il est un des opéras les plus joués dans le monde. Carmen c’est avant tout beaucoup d’émotion, une histoire d’amour et de trahisons autour d’un crime passionnel. La puissance de l’oeuvre est dans cet acte final où la femme volage est assassinée par son amant déchu, Don José, fou d’amour et de jalousie. La Carmen des Hauen et Stechen est irradiante et fanatique, imposante et fragile à la fois. Elle est drôle aussi comme Don José ridicule et frissonnant. La troupe pousse chaque motif à l’extrême, le jeu des acteurs est toujours en décalage cependant que vrai. La joie et l’émerveillement ne nous quittent pas; le début du deuxième acte nous redonne des âmes d’enfants. La tension de l’intrigue est palpable car le texte par l’effet de troupe et la démesure de l’interprétation traverse nos corps plus qu’il se fait entendre. On sort du spectacle avec une étrange sensation d’avoir été parcourus par quelque chose de mystérieux. Il s’agit certainement d’amour.


Notre Carmen
d’après Georges Bizet
livret Henri Meilhac et Ludovic Halévy
adaptation musicale Louis Bona, Roman Lemberg
mise en scène Franziska Kronfoth
direction musicale Roman Lemberg
avec le collectif de théâtre musical Hauen und Stechen, Ensemble 9

avec les chanteurs Valentin Bezencon, Thorbjörn Björnsson, Angela Braun
avec les comédiens Günter Schanzmann, Gina-Lisa Maiwald, Julia Lwowski, Maria Buzhor, Franziska Kronfoth

chorégraphie Julia Lwowski
scénographie et costumes Christina Schmitt
dramaturgie Maria Buzhor
vidéo Martin Mallon
assistantes scénographie et costumes Mia Lehrnickel, Charlotta Hench
assistante costumes Jorinde Sturm

« Gauguin l’alchimiste » ou le génie créateur au Grand Palais
Décès de l’homme politique et journaliste Jack Ralite
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *