Théâtre
Avec « House in Asia », le festival NEXT invite un théâtre catalan fougueux et foisonnant

Avec « House in Asia », le festival NEXT invite un théâtre catalan fougueux et foisonnant

28 novembre 2014 | PAR Audrey Chaix

House in Asia commence comme un jeu vidéo de simulation de vol, avec un écran de contrôle qui s’ouvre sur un paysage survolé. Rien de bien méchant, jusqu’à ce que se dessine une péninsule sur laquelle veille une statue facilement reconnaissable… et le public comprend rapidement que l’avion dans lequel il a l’impression de se trouver s’apprête à se fracasser sur l’une des tours du World Trade Center, un certain 11 septembre 2001… Cinq premières minutes choc, qui secouent violemment, avant le début de l’histoire de la traque la plus célèbre du début du 21e siècle, celle d’Oussama Ben Laden par l’armée américaine. 

[rating=4]

Agrupación Señor Serrano utilise un moyen technique de plus en plus présent dans le théâtre pour mettre en scène ce western des temps modernes : un ensemble de caméras leur permet de filmer des scènes miniatures jouées avec des maquettes, des jouets d’enfants et des écrans de tablettes ou de smartphones pour recréer des événements à taille réelle sur un écran en fond de plateau. Intelligemment réalisée, cette technique leur permet à la fois de montrer comment des événements et des êtres à petite échelle se retrouvent coincés dans l’engrenage de l’Histoire. Elle est aussi un moyen de se distancer par rapport à une histoire qui reste encore très proche et très douloureuse, pour mieux l’étudier comme un objet de théâtre et de réflexion.

Le centre du propos, c’est la maquette d’une maison à Abbottabad, une petite ville du Pakistan. Une maison qui n’est pas la demeure de n’importe qui : elle abrita Ben Laden jusqu’à ce que l’armée américaine ne le débusque en mai 2011. C’est aussi la maquette d’une maison qui fut reproduite à l’identique de celle du chef d’Al Qaida, mais en Caroline du Nord, pour permettre au Navy SEALs de s’entraîner. Et c’est aussi la maquette d’une maison de Jordanie qui, identique aux deux premières, servit à l’équipe de tournage de Zero Dark Thirty pour réaliser le film de Kathryn Bigelow qui retrace cette traque.

En soixante petites minutes, les trois garçons qui animent le plateau pour créer un véritable film sur l’écran, parviennent à dire tant de chose que l’on a presque le tournis en sortant de la salle. Reprenant le nom de code de l’opération qui aboutit à la mort de Ben Laden, Géronimo, ils créent un parallèle très intéressant entre la lutte des Etats-Unis contre Al Qaida et le mythe de la Frontière, lutte entre cow-boys et Apaches pour le territoire de l’Ouest américain. Les discours de G. W. Bush diffusés sont sur-titrés en français, et les mentions d’Al Qaida sont remplacés par le mot Apache, le nom de Ben Laden par celui de Geronimo… Le Président des Etats-Unis est aussi assimilé au personnage d’Achab dans Moby Dick, ce capitaine de navire rendu fou par la chasse d’une baleine blanche introuvable… Il est vraiment fascinant de voir que l’Agrupación Señor Serrano ne se contente pas de la prouesse technique pour intéresser le spectateur : il propose une véritable réflexion sur la société américaine, qui se place toujours dans la position du sauveur face au sauvage.

C’est tellement foisonnant que c’est parfois peut-être un peu trop touffu, comme si les trois garçons n’avaient pas su choisir le champ de références dans lequel se situer. Cependant, ils possèdent un véritable sens de la narration autant que de l’humour, et c’est sans trop se prendre au sérieux qu’ils proposent cette interprétation à la fois personnelle, mais aussi très universelle, de la guerre entre l’Amérique post – 11-Septembre et Al Qaida. Un spectacle étonnant, qui réussit à concilier divertissement et réflexion sur un sujet extrêmement grave. C’est une belle découverte que nous offre ici le NEXT Festival.

Visuel : © Sancho Gomez

Infos pratiques

Sorties de bain
Festival international de théâtre de rue d’Aurillac
next_festival

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture