Théâtre

Aumont et Duchaussoy, deux grands acteurs jouent David & Edward

29 janvier 2010 | PAR Christophe Candoni

Le metteur en scène Marcel Bluwal réunit sur les planches du Théâtre de l’Œuvre les deux grands acteurs populaires que sont Michel Aumont et Michel Duchaussoy. Formés au conservatoire d’art dramatique de Paris, puis, sociétaires de l’illustre troupe de la Comédie-Française, ils ont tous les deux marqué l’histoire récente du théâtre, tout en étant présents au cinéma et à la télévision. Cela devait être un plaisir de les voir sur scène et de les applaudir mais la pièce un peu faible de Lionel Goldstein « David & Edward », qu’ils défendent au mieux, n’aura pas été le grand moment attendu.


david-et-edward_theatre_fiche_spectacle_uneDeux silhouettes vieillissantes vêtues de longs impers noirs avec un chapeau melon sur la tête, seules sous un arbre : cette image rappelle évidement Beckett et son « En attendant Godot ». On en est loin ici bien que – encore une coïncidence ?- l’étrangeté de la pièce réside dans le fait que là aussi, le personnage central dont on ne cesse de parler est absent. Il s’agit de Florence qui vient de mourir. Sur une musique de circonstance, le spectacle s’ouvre sur sa tombe béante. David, le mari, pleure sa femme défunte, désormais en terre, quand survient un inconnu, aussi vieux, Edward (Michel Duchaussoy) avec un beau bouquet de fleurs pour accompagner Florence dans son dernier voyage. Pendant cinquante ans, il a été son ami proche. Les hommes ne se connaissent pas et deviennent rivaux. Ils vont se retrouver pour remuer le passé caché et faire ressurgir les souvenirs secrets avec tendresse et exaltation. Tout les oppose mais le lien que représente la femme aimée est plus fort et ils font exister cette dernière avec émotion.

On retrouve nos deux compères qui font dînette sur un banc, Jack Daniels et pâté cornichon, au milieu d’une nature verdoyante. La scène a été recouverte de pelouse. Catherine Bluwal, qui réalise un décor coquet, y a planté un arbre bourgeonnant. La mise en scène de Marcel Bluwal est très simple et repose essentiellement sur la complicité des deux acteurs qui jouent très bien ensemble. Pour ces toutes premières représentations, ils semblent hésiter et ne pas posséder le texte complètement mais on salue leur magnifique présence et leur art du jeu demeure.

On adore lorsque Michel Aumont s’embarque dans ses éclats colériques de mari jaloux et grognon. Il est aussi touchant devant la tombe de sa femme, lui disant tout en intimité : « dans l’ensemble, c’était bien nous deux » et il ajoute « j’ai fait de mon mieux ! » Michel Duchaussoy joue avec plus de retenue et de sensibilité son personnage, beau dans son renoncement à la femme qu’il a aimée et qui lui a préféré un autre homme. La vie l’a finalement vengé car chacune des rencontres entre Florence et lui a été exceptionnelle (ils parlaient d’art, d’opéra, de politique) alors que le mari n’a vécu avec elle que le quotidien.

79483_une-david

Il ne se passe pour ainsi dire pas grand-chose dans cette comédie douce-amère où la conversation tombe vite dans le registre de l’anecdote banale. La pièce devient une joute verbale, un duel parfois vachard entre deux vieux qui échangent sur leurs problèmes de vieux : prostate et presbytie, tout y passe. Il y a de l’humour et de l’autodérision de la part des acteurs et c’est fort amusant mais ennuyeux. Pour combler les lacunes du texte, les acteurs parviennent à créer empathie et connivence avec le public majoritairement âgé qui a d’ailleurs réservé un triomphe au spectacle mais on aurait préféré que le propos de la pièce soit plus général et moins excluant. On regrette que ce théâtre-là ne parle pas à tout le monde.

David & Edward, du mardi au samedi à 21H et matinées le samedi à 18H30 et le dimanche à 15H30 au Théâtre de l’Œuvre, 55 rue de Clichy, 9 arr. M° Liège ou Place de Clichy. 01 44 53 88 88.

L’écrivain américain Jerome-David Salinger, auteur du roman L’Attrape-cœurs, est décédé à l’âge de 91 ans,
Un remake de « LoL » aux USA
Christophe Candoni
Christophe est né le 10 mai 1986. Lors de ses études de lettres modernes pendant cinq ans à l’Université d’Amiens, il a validé deux mémoires sur le théâtre de Bernard-Marie Koltès et de Paul Claudel. Actuellement, Christophe Candoni s'apprête à présenter un nouveau master dans les études théâtrales à la Sorbonne Nouvelle (Paris III). Spectateur enthousiaste, curieux et critique, il s’intéresse particulièrement à la mise en scène contemporaine européenne (Warlikowski, Ostermeier…), au théâtre classique et contemporain, au jeu de l’acteur. Il a fait de la musique (pratique le violon) et du théâtre amateur. Ses goûts le portent vers la littérature, l’opéra, et l’Italie.

One thought on “Aumont et Duchaussoy, deux grands acteurs jouent David & Edward”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *