Théâtre

Au Vieux-Colombier, Antigone sous l’occupation

Au Vieux-Colombier, Antigone sous l’occupation

21 septembre 2012 | PAR Christophe Candoni

Au théâtre du Vieux-Colombier, Marc Paquien monte Antigone, non pas la pièce antique de Sophocle mais sa réécriture par Anouilh donnée cette rentrée pour la première fois à la Comédie-Française.

Dévalorisée, jugée à tort quasi boulevardière car trop quotidienne, domestique, la pièce, remise au goût du jour par le dramaturge français en 1944, en pleine guerre, pendant la période nazie, demeure étonnamment une grande et forte tragédie politique et humaine. C’est en tout cas comme cela qu’on la reçoit en voyant la mise en scène grave, crépusculaire et tendue de Marc Paquien. Comme toujours, Paquien fait du bon travail (il a déjà présenté au Français « Les affaires sont les affaires » d’Octave Mirbeau et « La Voix humaine » de Jean Cocteau) mais ses réalisations restent tout de même un peu convenues ; c’est encore le cas avec cette Antigone qui devrait s’enrichir de partis pris plus nets pour gagner en puissance et en radicalité.

Les costumes évoquent à eux seuls les années d’occupation allemande tandis que les résonances avec cette époque se font trop discrètes sinon inexistantes sur le plateau. Le contexte historique (« le Paris des rafles, des tracts et des attentats » dont parle le metteur en scène dans le programme de salle sans le restituer clairement dans son spectacle) occupe une place beaucoup plus évidente dans le texte et en fait la singularité. L’intemporalité choisie par Paquien pose problème car décontextualise la pièce. Pourquoi monter la version d’Anouilh si elle sa contemporanéité est évacuée ? Le cadre scénographique qu’il propose aurait tout aussi bien pu accueillir la pièce de Sophocle. Preuve en est, il est sensiblement le même que celui de l’Electre de Vitez avec son haut mur vertical et ses ouvertures alignées à double battants.

L’épure et la sobriété ne freinent jamais le jeu vif des acteurs. Françoise Gillard incarnant cette figure de la résistance est d’une émouvante justesse. Antigone la rebelle, l’insoumise, s’érige contre le pouvoir et les décisions arbitraires de son oncle Créon en prenant parti pour son frère humilié jusque dans la mort. Considéré comme un traître, un voyou, il lui est interdit de recevoir les honneurs mortuaires. son corps est laissé là à pourrir au soleil. Antigone est ici encore une gamine, agile, espiègle, masculine, les cheveux courts et en pantalon. Dans une confrontation musclée, elle s’oppose à Créon , Bruno Raffaelli, qui campe avec une sévérité lasse un roi lucide, réfléchi mais aussi fatigué, dépassé, prisonnier de son rôle d’homme d’état. Les seconds rôles masculins font bonne impression. Citons Nâzim Boudjenah sensible Hémon, Stéphane Varupenne, garde drôle et franc, Benjamin Jungers dans le messager. Ils sont parfaits.

 

Photo (c) Mirco Cosimo Magliocca

La Fête de la Gastronomie, à vos papilles le 22 septembre
Superfuret d’Elisa Vix
Christophe Candoni
Christophe est né le 10 mai 1986. Lors de ses études de lettres modernes pendant cinq ans à l’Université d’Amiens, il a validé deux mémoires sur le théâtre de Bernard-Marie Koltès et de Paul Claudel. Actuellement, Christophe Candoni s'apprête à présenter un nouveau master dans les études théâtrales à la Sorbonne Nouvelle (Paris III).Spectateur enthousiaste, curieux et critique, il s’intéresse particulièrement à la mise en scène contemporaine européenne (Warlikowski, Ostermeier…), au théâtre classique et contemporain, au jeu de l’acteur. Il a fait de la musique (pratique le violon) et du théâtre amateur. Ses goûts le portent vers la littérature, l’opéra, et l’Italie.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *