Théâtre
[Annonce] Festival NEXT – Kortrijk, Lille, Tournai, Valenciennes

[Annonce] Festival NEXT – Kortrijk, Lille, Tournai, Valenciennes

28 octobre 2012 | PAR Audrey Chaix

À Courtrai, alors que la biennale de design Interieur bat son plein, est annoncée la programmation du festival transfrontalier NEXT. Sous un dôme fait de toile et de bambou, assis sur des caisses en bois, les intervenants se succèdent, en français ou en flamand, pour rappeler que ce festival incarne la réalité d’une Eurométropole encore politique, encore virtuelle pour ceux qui l’habitent. De Valenciennes à Courtrai, en passant par Lille, Tournai mais aussi Villeneuve d’Ascq, Tourcoing, Tielt, Ypres, Vieux Condé ou Armentières, le festival NEXT traverse les régions, mélange les publics et revendique une programmation exigeante, qui apporte autant à l’essor culturel qu’au dynamisme de l’Eurométropole.

 

Les organisateurs du festival rappellent d’abord les chiffres : l’édition 2011 de NEXT a vu défiler 11 000 spectateurs dans les différentes salles, soit 35% de plus qu’en 2010. Pour sa 5e édition, NEXT est donc installé dans une légitimité qui est un nouveau défi à relever : ne pas sombrer dans l’institutionnel d’un festival installé, mais continuer d’explorer de nouvelles formes, de nouveaux lieux. Ce qui semble mis en œuvre, avec une volonté d’agir et de réfléchir en dehors des structures et des villes les plus installées, pour se rendre dans des lieux plus alternatifs, comme le Boulon à Vieux-Condé, Budascoop à Courtrai… Didier Thibault, directeur de La rose des vents à Villeneuve d’Ascq, le rappelle : cette édition de NEXT est celle de la maturité, ce qui induit enjeux nouveaux aussi bien que reconnaissance institutionnelle.

 

Ce qui retient l’attention avant tout, c’est la richesse et la diversité d’une programmation ambitieuse. Plus de 30 spectacles, 70 représentations sur 17 jours de festival, le tout dans 10 villes différentes, reliées entre elles par un système de navettes gratuites permettant l’échange des publics. Théâtre, performance, danse et installations, et, nouveauté de cette édition, une grande soirée à mi-chemin du festival, pour réunir tous les protagonistes en un seul lieu : c’est la nuit See You Next Time, au Tripostal de Lille, le 24 novembre.

 

Certains spectacles retiennent l’attention dans une programmation si dense qu’il serait impossible d’énumérer les propositions une par une. Au Schouwburg de Courtrai, Jan Fabre reprend la pièce qui, en 1984, lui a permis de se faire connaître internationalement, The Power of Theatrical Madness. Un marathon de plus de 4 heures de théâtre, avec une salle en accès libre qui permet au spectateur de sortir se rafraîchir et de se restaurer, avant de retourner se frotter à cette réflexion sur l’art de la représentation. À Tourcoing, le Théâtre du Nord propose, dans sa salle de l’Idéal, une adaptation scénique du Théorème de Pasolini par Grzegorz Jarzyna, héritier de Lupa et de Warlikowski sur la scène polonaise.

 

Sans compter Dave St-Pierre, Pippo Delbono, Dominique Pauwels et Fabrice Murgia, David Wampach, Mikaël Serre, et tant d’autres… ainsi que Steven Cohen, qui présente sa performance Title Withheld (for legal and ethical reasons) dans un lieu inédit du Tripostal de Lille, un endroit secret que le public n’a pas l’habitude de voir, parce que l’enjeu de ce spectacle ne se situe pas sur le plateau, mais en-dessous… Après un passage remarqué en octobre dernier à La rose des vents avec The Cradle of Humankind, l’artiste sud-africain explore le journal d’un jeune Juif français rédigé entre 1939 et 1942 avec la poésie sulfureuse qui est la sienne.

 

Deux semaines où les arts et la création seront à l’honneur dans une région où la culture est devenue l’un des moteurs de la dynamique économique, autant en termes d’activité que d’image. Gageons que l’Eurométropole ne dormira pas beaucoup pendant ces 17 jours, comme le cœur vibrant d’une région en plein renouveau.

 

 

 

Crédits photo :
Compagnie Pippo Delbono, Dopo la Battaglia © Lorenzo Porazzini
Steven Cohen, Title Withheld © Laurent Philippe

Camille Pascal dépeint des scènes de la vie quotidienne à l’Elysée
[Annonce] Médée à l’Opéra de Lille
Audrey Chaix
Professionnelle de la communication, Audrey a fait des études d'anglais et de communication à la Sorbonne et au CELSA avant de partir vivre à Lille. Passionnée par le spectacle vivant, en particulier le théâtre, mais aussi la danse ou l'opéra, elle écume les salles de spectacle de part et d'autre de la frontière franco-belgo-britannique. @audreyvchaix photo : maxime dufour photographies.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture