Théâtre
« ANARCHIE EN BAVIÈRE » de Fassbinder au Théâtre de Belleville.

« ANARCHIE EN BAVIÈRE » de Fassbinder au Théâtre de Belleville.

20 octobre 2016 | PAR David Rofé-Sarfati

Sud de l’Allemagne, de nos jours. Un groupe de jeunes anarchistes idéalistes provoque une révolution qui isole la Bavière du reste du pays. Terrorisée par ce bouleversement, la famille Heure-Légale cherche par tous les moyens à sauver les anciennes valeurs dans une société libertaire dont elle ne comprend ni n’accepte les nouvelles règles.

La pièce « Anarchie en Bavière » fut  écrite par Rainer Werner Fassbinder au lendemain des événements de 1968. Elle a conservé son actualité car ce récit des péripéties d’une révolution anarchiste est l’occasion d’interroger la question incessante de l’autorité, de son incontournable utilité et de ce qu’elle peut porter en elle de liberté individuelle.

La scène est divisée en deux. A cour les anars avec leur désordre et leur obligatoire décontraction habillée de postures convenues et de transgressions empruntées, à jardin la famille heure-légale avec leur ordre aseptisé, comme médicalisé où chaque élément rappelle comment tout cela fut lentement construit et agencé et surtout préservé depuis avec application de tout écroulement par une volonté invisible collégiale et compulsive. Au mur accrochée la profession de foi : une photo de la famille avec voiture.

Les deux groupes ont le droit au même territoire. C’est le choix décisif de mise en scène.  Les deux groupes sont traversés par la même vigueur de certitudes pourtant opposées et aussi par la même niaiserie bouleversante. L’écroulement attendu, espéré et redouté aura lieu. Dans une clownerie affûtée par des comédiens aux talents aiguisés.

Stéphane Douret propose de saisir l’ensemble par une gourmandise à la vie et au rire que notre plaisir de spectateur rangera entre Breaking Bad et le génial metteur en scène suisse Marthaler.

On rit intelligent car si la chute est tragique, en figeant les éléments du discours pour les mieux disqualifier, elle n’obstrue pas, bien au contraire, l’édifice comique mais plutôt renforce la question ici infantilisante et potache du bien et du mal en cela que cette question ne peut se poser à l’homme qu’il soit anarchiste ou réactionnaire qu’au sein d’une autorité à laquelle il ne saura échapper. Au sein ici d’un discours plein d’esprit.

La troupe poursuit ce propos et parvient, dans une complicité de rires avec le public, à l’attraper. Nous n’aurons pas ri pour rien.  Une fois de plus le théâtre de Belleville est le lieu à suivre. Wunderbarr jusqu’au 1er novembre. 

Anarchie en Bavière est  présenté avec « LIBERTÉ À BRÊME » pour former le diptyque « ENTRE LIBERTÉ ET ANARCHIE »

Texte Rainer Werner Fassbinder

Mise en scène et direction Stéphane Douret
Assistanat à la direction Quentin Van Eeckhout

Avec Éléonore Alpi, Léonard Boissier, Lisa Colin, Bilal Dufrou, Noé Favre, Jérémy Hoffman Karp, Chloé Lefrançois, Manon Preterre, Quentin Van Eeckhout et Guillaume Veyre

Voix David Brémaud, Jacob Porraz, Patrick Simon et Marianne Viguès

Infos pratiques

Institut Cervantes de Toulouse
La Fábrica Flamenca – Centro Flamenco de Toulouse
theatredebelleville

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *