Théâtre

Alice et cetera, un bon moment festif au théâtre du Rond Point

12 avril 2010 | PAR Amelie Blaustein Niddam

 Merci Monsieur Fo! Grâce à vous Stuard Seide  a pu faire un beau cadeau à ses comédiens tout juste sortis de l’École professionnelle supérieure d’art dramatique de la région Nord-Pas de Calais. Il a composé pour eux un spectacle à partir de textes incisifs et drôles de Dario Fo et Franca Rame pour un spectacle foisonnant.

Trois histoires avec pour fil la condition féminine post 68.  Une actrice porno paumée dans « Alice au pays sans merveilles », fait une fugue imaginaire grâce à  trois drôles de dames. Alice  prend la fuite en rêve,  ouvrant le spectacle. L’aspect trio si il amuse, semblant sortir d’une émission de Maritie et Gilbert Carpentier, offre aussi des difficultés d’accès au texte.

La seconde histoire est un moment parfait. Après l’engueulade du matin , une mère de famille prend un coup de sang et se barre, laissant pour une  journée surprenante son mari éjaculateur précoce et sa belle mère envahissante pour un homme…tronc! Coup de cœur sans faille à Sébastien Amblard qui livre au public  dans « Je rentre à la maison » un seul en scène terrible, sorti du meilleur d’Almodovar. Dans un jeu qui trouble l’identité sexuelle, il se révèle  magnifique et troublant…définitivement un comédien à suivre de près.

La dernière pièce , malgré quelques longueurs, est un moment extrêmement burlesque qui fricote avec intelligence du côté du boulevard et du Vaudeville.   « Couple ouvert à deux battants »,  est une scène de mariage qui vient questionner l’amour libre dans les sociétés bourgeoises : «Eh oui !, réplique Antonia, la fantastique Caroline Mounier,   à son mari. Le couple ouvert a ses inconvénients. Primo, pour qu’il fonctionne, il faut qu’il ne soit ouvert que d’un côté, celui du mari ! Car s’il est ouvert des deux côtés… ça fait courant d’air»!

On rit aux éclats souvent grâce aux comiques de situations liés à quelques suicides ratés du couples à deux battant et la chute improbable de « Je rentre à la maison »…mais le rire vient surtout calmer la misère humaine que raconte ces pièces, mettant en avant des destins bouleversés.

Au final, une pièce découvreuse de talents, un bon spectacle divertissant sans jamais tomber dans le boulevard. Une belle réussite pour cette jeune équipe prometteuse malgré les minutes hasardeuses du début de spectacle.

 Trois pièces courtes de: Dario Fo et Franca Rame , Alice au pays sans merveilles / Je rentre à la maison / Couple ouvert à deux battants , mise en scène: Stuart Seide , avec: Sébastien Amblard , Chloé André ,Anne Frèches , Jonathan Heckel , Anna Lien ,Caroline Mounier.

 Jusqu’au 15 mai, 20H30, en matinée le dimanche à 15H30, Théâtre du Rond Point, salle Jean Tardieu, 2bis avenue Franklin Roosevelt, 75008, Metro F. Roosevelt.  01 44 95 98 21, tarif: 28€, moins de 30 ans 14€.

 Crédit photo:  Brigitte Enguerand

The Mentalist is back
Y a qu’à pas baiser!
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *