Théâtre

Alexis Michalik aux étudiants de l’ICART : «  J’ai l’obsession du rythme »

21 janvier 2019 | PAR Yaël Hirsch

Alors qu’il vient de sortir le film issu de sa pièce culte, Edmond, le dramaturge Alexis Michalik répondait aux questions des étudiants de l’ICART, au Théâtre du Palais Royal ce lundi 21 janvier.

Sur la scène du théâtre où Edmond cartonne depuis presque deux ans, Alexis Michalik a répondu lors d’une masterclass aux questions de trois étudiantes de l’ICART devant une salle presque pleine d’étudiants.

Aussi rapide et vif que ses pièces, le dramaturge parle comme une mitraillette et embarque tout de suite et sans aucune concession son jeune public. Il sait aussi les encourager à entreprendre et à créer. L’audience est ravie d’être emmenée aussi énergiquement dans les coulisses de pièces qui les ont marqués . Généreux et honnête, Alexis Michalik nie avoir modernisé la mise en scène mais plutôt avoir tout pensé au service de l’histoire. «Alors que nous sommes tous habitués à zapper, à aucun moment je ne voulais que les spectateurs sortent de l’histoire. Ma contrainte c’est que je refusais qu’il y ait une pause. Sinon au théâtre on perd tout le public concerné ». Conséquence, il y a eu une sorte de chorégraphie pendant l’action avec les changements de décor. Interviewé sur la manière dont il dirige ses acteurs, il divise ses pièces en deux : d’un côté les écrites comme Le Porteur d’Histoires et Edmond et de l’autre celles qui ont fait l’objet d’un ping-pong avec les acteurs comme Intra-Muros et le Cercle des illusionnistes. Bon pédagogue, il met les trois étudiantes qui m’interrogent à contribution et leur montre comment se sont faites ses pièces avec les acteurs. Il est touchant quand il
Raconte le succès sans têtes d’affiches du porteur d’histoires d’Avignon au Théâtre 13 jusqu’au Studio des Champs Elysées et aux Béliers avec 2000 représentations : « Quand je voyais les 240 places du studio des Champs Elysées plein, ce n’était plus nos familles plus nos amis, je me suis demandé ‘Qui sont ces gens’ ? ». Et sans l’avoir prévu il a pu mesurer l’opportunité de ne pas avoir de tête d’affiche, c’est ça qui permet à un spectacle de tenir des années. Et il dévoile volontiers les ficelles comme le rôle de la musique pour garder ses acteurs en rythme, son obsession d’un timing parfait. Il fait de l’autodérision aussi en se moquant de la longueur de ses réponses. Et de l’humour sur son rôle au centre de ses troupes de ses producteurs. Sans vraiment attendre que les étudiantes lui posent la question, donc, Il parle d’Edmond qui est un projet qu’il a depuis 15 ans, pensé comme film au début. « Au théâtre on suggère, au cinéma on montre » resume-t-il quand il compare les deux arts. Il parle du tournage dans un théâtre de République Tchèque. Du sens du réel que les décors de cinéma peuvent apporter aux acteurs. Il dit adorer jouer Feydau pour le clin d’œil et parce qu’il « adore les connards ». En fin de conférence, il fait même sa pub « le bouche à oreille sur ce film est peut être encore plus important que pour la pièce ». Et l’avenir ? De mère anglaise qui est traductrice, Michalik se réjouit que Edmond et le porteur d’histoires se montent en Angleterre. Et n’écarte pas l’idée d’écrire et travailler en anglais aussi. « Je ne saurai pas si le prochain spectacle sera un film, une pièce ou une comédie musicale. J’ai fini un roman
qui sort à la rentrée. »
Visuel : YH

Gagnez 5×2 places pour le concert La Harpe au Sommet d’Isabelle MORETTI à Cannes
Gagnez 5×2 places le spectacle CHE MALAMBO au théâtre Bobino
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *