Théâtre

Alain Françon présente Trois soeurs sensibles à la Comédie-Française

15 juin 2010 | PAR Amelie Blaustein Niddam

La belle salle Richelieu reçoit de jolies dames jusqu’au 16 juillet. L’ancien directeur du théâtre de la Colline, habitué de Tchekhov propose Les trois sœurs à la troupe du Français. Dans une mise en scène au classicisme dénué de toute référence au spectacle vivant contemporain, il nous transporte dans la Russie du début du XXe siècle, loin, toujours plus loin de Moscou.

Dans une maison bourgeoise, domestiques à l’appui, d’une petite ville perdue, une fête se donne. Le deuil du père prend fin pour trois sœurs, la célibataire de 28 ans Olga ( Florence Viala), Macha ( Elsa Lepoivre ) mal mariée à 18 ans au professeur bien trop gentil Koulyguine et la benjamine pleine de rêves , Irina (Georgia Scalliet). Dans la maison où se pressent des soldats de garnison amis du père et de la famille, les trois sœurs n’ont qu’un mot à la bouche : Moscou ! Moscou !

La force du texte que fait entendre la mise en scène d’Alain Françon est de restituer chaque jour d’une vie et son lot de projets perdus. Pour ce faire, il installe, dans un décor volontairement lourd, un rythme extrêmement lent durant les deux premiers actes. Après l’entracte, la pièce bascule dans un mouvement à la fois grave dans les décors et effréné dans la cadence des échanges entre les comédiens, donnant une vision sociale de la Russie du début du XXe siècle à travers une famille et ceux qui y gravitent, tous campés dans des personnages très précis. Comment oublier la magistrale scène où Olga reste muette suite à la scène d’hystérie ( trop poussée ?) de Natalia vis-à-vis de la vieille Nounou ( si touchante Chloé Schmutz) qu’il faudrait licencier pour manque d’efficacité.

Ainsi, nous nous moquons  vite d’ Andreï ( Guillaume Gallienne) avant de le trouver odieux , lui, le frère des sœurs,  en qui toutes portaient leurs espoirs, épouse la peste Natalia ( Coraly Zahonero)  et perd son âme au jeu. La distribution des soldat de garnison est l’occasion d’être une nouvelle fois soufflés par le jeu des immenses comédiens que sont Bruno Rafaelli en médecin militaire amnésique et Michel Vuillermoz en lieutenant-colonel dont le personnage , Verchinine, est l’amant de Macha.

Au fur et à mesure de la pièce, les rêves des sœurs s’envolent en fumée , l’allégorie est donnée par Tchekov qui choisit de brûler la ville et une partie de la maison. Mention particulière à la jeune Georgia Scalliet , pensionnaire seulement depuis l’année dernière, qui transcende le rôle d’Irina. Nous doutons des moments chantés dont l’apport à l’intrigue est limité et nous saluons l’idée brillante de Françon d’installer au violon Floriane Bonanni dans un jeu d’ombres chinoises superbes.

Alain Françon transforme la fin de la pièce pourtant fort triste en une joie nostalgique, nous faisant sortir heureux du théâtre. Après tout, les soeurs nous l’ordonnent:  Il faut vivre ! Il faut vivre !

Les Trois Soeurs, d’Anton Tchekhov. Mise en scène : Alain Françon. Avec Georgia Scalliet, Michel Robin, Eric Ruf, Bruno Raffaelli, Florence Viala, Coraly Zahonero, Laurent Stocker, Guillaume Gallienne,Michel Vuillermoz, Elsa Lepoivre, Stéphane Varupenne, Adrien Gamba-Gontard, Gilles David,Georgia Scalliet, Hélène Surgère… Comédie-Française, place Colette, Paris 1er. Mo Palais-Royal. Tél. : 08-25-10-16-80 (0,15 €/min). De 5 € à 37 €. Durée : 3 heures. En alternance jusqu’au 16 juillet. Comedie-francaise.fr.

Et toujours jusqu’au 18 juin, le jubilatoire Mystères Bouffes de Dario Fo.

(c) Christophe Raynaud de Lage

Michael Youn, capable du meilleur comme du pire
Jeudi 17 juin, France-Mexique : suivez le match franco-latino à la Favela Chic
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

2 thoughts on “Alain Françon présente Trois soeurs sensibles à la Comédie-Française”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *