Théâtre
A Paris, la rentrée théâtrale de septembre 2011

A Paris, la rentrée théâtrale de septembre 2011

27 août 2011 | PAR Christophe Candoni

Lever de rideau sur les nombreux spectacles proposés à Paris dès septembre. Les auteurs contemporains et les grands classiques se côtoient sur les foisonnantes affiches des théâtres. Shakespeare domine la rentrée dans le privé comme dans le public. Après le triomphe de « La Nuit des rois », Nicolas Briançon revient avec « Le songe d’une nuit d’été » qu’il met en scène au Théâtre de la Porte Saint-Martin à partir du 10 septembre. Laurent Deutsch et Mélanie Doutey font partie de la distribution. Et pour inaugurer sa dernière saison à la tête de l’Odéon, Olivier Py monte son premier Shakespeare et donnera sa version du célèbre « Roméo et Juliette ». Première le 21 septembre.

La saison s’ouvre en musique avec « René l’énervé » au Théâtre du Rond-Point (7 septembre). Il s’agit d’une comédie politique, décrite par Jean-Michel Ribes comme un « opéra bouffe et tumultueux ». L’auteur et metteur en scène y brocarde le sarkozysme. Les compositions musicales sont de Reinhardt Wagner.

A la Colline, deux metteurs en scène d’importance et familiers de la maison ouvrent la saison : Bernard Sobel met en scène « L’Homme inutile ou la conspiration des sentiments » (9 septembre) une farce burlesque du russe Iouri Olecha tandis que Marie-Christine Soma adapte au théâtre l’œuvre de Virginia Woolf, « Les Vagues » (14 septembre).

C’est avec la reprise de « Brume de Dieu » (15 septembre) mis en scène par l’infatigable Claude Régy à la Ménagerie de verre que débutera la nouvelle édition du Festival d’Automne. Le lendemain, le Théâtre de la ville accueille Christoph Marthaler, génial et loufoque metteur en scène qui présente « ±0 », sa nouvelle pièce créée à Nuuk au Groenland.

Racine encore et toujours à la Comédie-Française puisqu’en alternance avec la reprise d’ »Andromaque », voici « Bérénice » (22 septembre) dont la mise en scène signée Muriel Mayette a tourné en province pendant l’année dernière. Elle ouvre la saison parisienne tandis que Galin Stoev monte au 104 une nouvelle production du « Jeu de l’amour et du hasard » de Marivaux (23 septembre) avec les acteurs de la troupe du Français.

Côté privé, la présence de stars fera l’évènement. C’est le chanteur Johnny Halliday qui ouvre le bal. Entouré d’Audrey Dana et de Julien Cottereau, il fait ses débuts sur les planches dans « Le paradis sur terre », une pièce de Tennessee Williams (6 septembre) au théâtre Edouard VII. Au même moment, Michel Aumont et Didier Sandre, respectivement dans la peau du compositeur Richard Strauss et de l’écrivain Stefan Zweig, donneront la première représentation de « Collaboration », une pièce du Britannique Ronald Harwood au Théâtre des Variétés.

A suivre également, à la Comédie des Champs-Élysées, « L’Intrus »(8 septembre), la nouvelle pièce d’Antoine Rault (auteur du « Caïman » et du « Diable rouge ») mise en scène par Christophe Lidon et toujours servie par l’acteur Claude Rich. Anne Brochet et Jean-Paul Rouve formeront un couple en désir d’enfant dans « Youri » mis en scène par Didier Long au Théâtre Hébertot (14 septembre) et Dominique Pinon et Bruno Solo seront frères dans dans « L’ouest solitaire » que monte Ladislas Chollat de retour à Marigny. Samuel le Bihan et Thierry Frémont joueront « Hollywood » sous la direction de Hans Peter Cloos au Théâtre Antoine (17 septembre).

A noter quelques reprises de choix, celle de « La Peste » de Camus joué par Francis Huster aux Mathurins (jusqu’au 2 octobre) et puis Dominique Blanc reprend la Douleur de Duras montée par Patrice Chéreau à l’Atelier (12 septembre).

Voir ICI l’agenda chargé des reprises du Festival d’Avignon à Paris et en banlieue.

 

C’est la rentrée du Cinéma !
Rencontre avec Jane Seymour en campagne de sensibilisation sur la fibrillation auriculaire (FA)
Christophe Candoni
Christophe est né le 10 mai 1986. Lors de ses études de lettres modernes pendant cinq ans à l’Université d’Amiens, il a validé deux mémoires sur le théâtre de Bernard-Marie Koltès et de Paul Claudel. Actuellement, Christophe Candoni s'apprête à présenter un nouveau master dans les études théâtrales à la Sorbonne Nouvelle (Paris III). Spectateur enthousiaste, curieux et critique, il s’intéresse particulièrement à la mise en scène contemporaine européenne (Warlikowski, Ostermeier…), au théâtre classique et contemporain, au jeu de l’acteur. Il a fait de la musique (pratique le violon) et du théâtre amateur. Ses goûts le portent vers la littérature, l’opéra, et l’Italie.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *