Théâtre

A l’approche du point B au Théâtre du Nord

A l’approche du point B au Théâtre du Nord

13 juin 2013 | PAR Audrey Chaix

A L'approche du point B (affiche)La révélation de l’édition 2013 du festival Prémices, c’est peut-être bien A l’approche du point B de Marie Clavaguera-Pratx. Une mise en scène maîtrisée, un sujet fort et traité avec originalité, entre théâtre et danse. En 1h30, Clavaguera-Pratx retrace les quatorze stations du chemin de croix en suivant les derniers jours d’un vieil homme aux portes de la mort.

Vincent Clavaguera, un jeune homme de moins de trente ans, interprète ce vieil homme. Danseur, il maîtrise parfaitement son corps pour lui faire paraître 90 ans lorsque le vieux est coincé sur sa chaise ou dans son lit médicalisé. Si la vieillesse est un naufrage, Marie Clavaguera-Pratx file la métaphore jusqu’au bout en faisant tanguer son personnage principal, qui doit compter sur l’aide de son entourage pour l’aider à se mouvoir. De très beaux moments, aussi drôles qu’émouvants, ponctuent la déchéance physique de cet être humain dont on n’entendra jamais la voix : c’est entièrement par le corps qu’il trouve son mode d’expression.

Autour de lui, sa femme, interprétée par Géraldine Roguez, qui nous tire tour à tour des rires et des larmes. Avec son parler populaire et ses gestes maladroits, elle incarne une certaine idée de la vie, avançant comme si de rien n’était auprès de celui qu’elle sait condamné. David Scattolin interprète les personnages masculins de la pièce – neveu, voisin, meilleur ami, et Chloé André, splendide actrice au port altier et aux mouvements gracieux, joue les rôles de la femme du neveu et de l’infirmière, un bien beau rôle tout en douceur et en réalisme.

Avec de très beaux jeux de lumière et d’étoffe, la pièce se termine en apothéose, le lit médicalisé du vieillard se transformant en radeau à la dérive dans un océan de draps blancs. Un moment exaltant qui résume bien la poésie de la pièce, et qui, sans discours éloquents et sans en dire jamais trop, par une forme hybride qui mêle danse et théâtre, propose un spectacle à la fois intelligent et généreux.

Photo : © Alexandre Jeanson

Après le déluge à La rose des vents
Marc-Antoine Le Bret fait des imitations, au théâtre BO Saint-Martin à Paris
Audrey Chaix
Professionnelle de la communication, Audrey a fait des études d'anglais et de communication à la Sorbonne et au CELSA avant de partir vivre à Lille. Passionnée par le spectacle vivant, en particulier le théâtre, mais aussi la danse ou l'opéra, elle écume les salles de spectacle de part et d'autre de la frontière franco-belgo-britannique. @audreyvchaixphoto : maxime dufour photographies.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *