Théâtre
A la mousson d’été une mise en espace réussie d’un texte concept du norvégien Fredrick Brattberg

A la mousson d’été une mise en espace réussie d’un texte concept du norvégien Fredrick Brattberg

23 août 2020 | PAR David Rofé-Sarfati

La mousson d’été est l’occasion cette année de découvrir un auteur norvégien Fredrik Brattberg. Son texte se veut rhétorique. La mise en scène et l’interprétation nous sauve d’une déception. 

Découvrir des auteurs : l’une des missions de La Mousson d’été

Fondée en 1995 par Michel Didym, son directeur artistique, La Mousson d’été constitue l’un des événements européens majeurs en matière de découverte, de formation et de promotion des nouvelles écritures théâtrales. Pendant six jours, au cœur de la Lorraine, l’Abbaye des Prémontrés ouvre ses portes aux auteurs dramatiques, aux metteurs en scène, aux universitaires, aux comédiens et au public pour venir écouter le théâtre d’aujourd’hui. C’est autour de lectures, de mises en espace – de textes inédits ou traduits pour la première fois en français -, de conversations et de spectacles que La Mousson d’été organise ce terrain de rencontres.  

Fredrik Brattberg est né en 1978 à Porsgrunn en Norvège, il est auteur et compositeur et compte parmi les auteurs dramatiques norvégiens les plus joués, dans le monde entier. Ses pièces de théâtre sont traduites dans une vingtaine de langues. Il a remporté les prestigieux Prix Ibsen en 2012 et Ferdinand Vanek en 2017. Dans cette pièce Sur la côte Sud traduite par Jean Baptiste Coursaud il explore certains des motifs ibséniens de la famille, en particulier la difficulté à dire, les faux départs, les faux semblants et les vraies traversées.

Plongée calme en terre dysfonctionnante

Afin de profiter pleinement de leurs vacances d’été, Elle et son mari Magnus, accompagnés de leur fille Frida et de ses grands-parents maternels, vont passer quelques jours dans une petite maison balnéaire. Le cadre est idyllique, la nature paisible et tous nagent dans le bonheur. Très vite, les scènes se succèdent toujours les mêmes. Ou presque car s’y insinue sournoisement le dysfonctionnement. Les grands sourires qui forgeaient une véritable liesse familiale se font plus crispés. Au centre la muette Frida, sorte de Yvonne princesse de Bourgogne, assistera au glissement vers la catastrophe ; le désastre envahira les cœurs lentement jusqu’au cataclysme final.

La mise en espace de Véronique Bellegarde ajoutée à  l’interprétation de Sébastien Eveno, Maud le Grevellec, Catherine Matisse et Charlie Nelson permet au spectateur de trouver son plaisir face à un texte au formalisme trop dogmatique autour de la répétition et de la césure. La cérébralité du geste est ainsi sauvée par une implication des comédiens et une vivante mise en espace. L’écriture de Fredrick Brattberg devient une expérience de spectateur attrayante. 

 

Sur la côte sud de Fredrik Brattberg (Norvège)

Lecture dirigée par Véronique Bellegarde 

Crédit Photos Boris Didym

« Les Cinq secrets de James Bond » d’Aliocha Wald Lasowski : Philoscopiquement vôtre
« Tenet » de Christopher Nolan : Promesses tenues !
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *