Théâtre

2011/2012 à la Colline, saison contemporaine avec Arne Lygre

2011/2012 à la Colline, saison contemporaine avec Arne Lygre

09 mai 2011 | PAR Christophe Candoni

Troisième saison pour Stéphane Braunschweig à la tête de la Colline conduit par la même volonté, exigeante et nécessaire, de mettre en avant la création contemporaine avec à l’affiche de jeunes artistes déjà confirmés (Stanislas Nordey, Célie Pauthe) ou encore inconnus mais prometteurs (Roger Vontobel), et de nouveaux auteurs vivants dont Arne Lygre. Le directeur et metteur en scène montera, après Ibsen et Wedekind à la Colline, deux pièces du dramaturge norvégien dont une création mondiale.

Le public parisien connait mal le théâtre d’Arne Lygre peu monté à l’exception de Claude Régy qui l’a fait découvrir en 2007 avec Hommes sans but à Berthier. Stéphane Braunschweig écrit à son propos : « je [le] tiens pour l’un des plus étonnants qu’il m’ait été donné de lire depuis longtemps ». Ce coup de cœur littéraire l’a conduit à présenter deux de ses pièces cette saison : Je disparais, son dernier texte encore jamais monté (pour lequelle seront réunies Annie Mercier, Irina Dalle, Luce Mouchel), et plus tard Jours Souterrains (Tage Unter), présenté d’abord au Festspiele de Berlin où elle sera créée, puis à Düsseldorf avec des acteurs allemands dont fera partie Udo Samel qui a déjà joué deux fois sous la direction de Braunschweig. Avec Olivier Py invité de la Volksbühne, la prochaine saison parisienne sera l’occasion d’un riche échange entre nos institutions culturelles et Berlin.

Après l’expérience passionnante de Michael Thalheimer aux commandes de sa première création en langue française sur Combat de nègre et de chiens de Koltès dont il signait l’année dernière une version puissante et radicale (la production sort en DVD), Stéphane Braunschweig invite un autre metteur en scène étranger, Roger Vontobel, un jeune artiste suisse-allemand, associé à partir de cette année au Schauspielhaus de Bochum, pour une relecture contemporaine de Dans la jungle des villes de Brecht avec des acteurs français, un spectacle qui fera sans doute l’évènement de fin de saison. L’ouverture des comédiens français au théâtre international se développe également avec La Salle d’attente présenté en janvier 2012, il s’agit d’une création que va réaliser le polonais Krystian Lupa avec de jeunes acteurs et actrices, inspirée par des séances d’improvisations à partir d’une pièce de Lars Noren.

La Colline suit sa route avec des artistes proches dont certains sont associés au théâtre depuis le début de mandat : en septembre, Bernard Sobel ouvrira la saison avec L’homme inutile ou la conspiration des sentiments, une adaptation du roman « L’Envie » que son auteur, le russe Iouri Olecha réalise lui-même, en même temps que Marie-Christine Soma présentera Les Vagues d’après le roman de Virginia Woolf. Suivront les retrouvailles d’Emmanuelle Béart, Vincent Dissez et Stanislas Nordey – ils avaient proposé ensemble Les Justes de Camus la saison dernière – autour d’une pièce de Pirandello intitulée Se trouver (en mars). Enfin, Claude Duparfait et Célie Pauthe cosigneront une mise en scène de Des arbres à abattre un chef d’œuvre de Thomas Bernhard (en mai).

La saison promet une exploration des écritures textuelles et scéniques d’aujourd’hui : Jean-François Peyret dirigera Jacques Bonnaffé dans un spectacle de son cru nommé Ex vivo in vitro, nous découvrirons les travaux d’Aurélia Guillet et d’Arnaud Michniak dans Déjà là, puis de Thomas Quillardet pour Les Autonautes de la cosmoroute. D’autres propositions s’ajoutent en dehors des plateau, des lectures menées par un groupe de réflexion sur les écritures théâtrales contemporaines, des rencontres autour de la programmation, des ateliers et des stages de formation.

 

 

Gagnez 3 places pour le concert de Stephen O’Malley, Barn Owl et Jefre Cantu-Ledesma à Mains d’Œuvres le 18 mai
Intemporelle Chanel : le n°5 a 90 ans
Christophe Candoni
Christophe est né le 10 mai 1986. Lors de ses études de lettres modernes pendant cinq ans à l’Université d’Amiens, il a validé deux mémoires sur le théâtre de Bernard-Marie Koltès et de Paul Claudel. Actuellement, Christophe Candoni s'apprête à présenter un nouveau master dans les études théâtrales à la Sorbonne Nouvelle (Paris III).Spectateur enthousiaste, curieux et critique, il s’intéresse particulièrement à la mise en scène contemporaine européenne (Warlikowski, Ostermeier…), au théâtre classique et contemporain, au jeu de l’acteur. Il a fait de la musique (pratique le violon) et du théâtre amateur. Ses goûts le portent vers la littérature, l’opéra, et l’Italie.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *