Spectacles
Spectacles : Les plus belles reprises de la première quinzaine d’octobre

Spectacles : Les plus belles reprises de la première quinzaine d’octobre

15 septembre 2020 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Nous vous le disions la semaine dernière, l’un des dommages collatéraux de la Covid est que les créations sont repoussées. Alors, les lieux en profitent pour ouvrir leur portes à des reprises. L’occasion est donc merveilleuse de voir ou revoir ces excellents spectacles, dont certains n’ont pas été montés depuis 10 ans.

 

Julie Nioche retrouve la Maison des Métallos après sa résidence en juin 2019, l’occasion pour elle de remontrer son spectacle tout en apesanteur, crée en 2010, Nos solitudes, du 08 au 18 octobre. Une route onirique à emprunter d’urgence !

Horaires et réservations ici

Simon Tanguy reprend son trip tellement communicatif au TCI, Fin et Suite que nous avions adoré en 2019 aux Abbesses, et ce sera les 5 et 6 octobre à 20H30.

Réservations ici

Dans le cadre du Festival d’Automne à Paris, Le Théâtre Jean Vilar ( Vitry) accueille, Sopro, une expérience qui vient révéler l’invisible : la présence d’une souffleuse, celle du Teatro Nacional D. Maria II à Lisbonne que Tiago Rodrigues dirige. Une merveille qui prouve une fois de plus à quel point ce metteur en scène est juste.

Le Samedi 10 octobre à 20h. Informations et réservations ici

 

Le décor est resté là, pendant tout le confinement et même un peu après. Les sorcières de Salem dans la mise en scène de Demarcy Mota s’est joué, un peu, en mars 2020. La pièce est naturellement reprogrammée jusqu’au 10 octobre, à l’Espace Cardin- Théâtre de la Ville.

Informations et réservations ici

Et piqûre de rappel, au T2G, l’Encyclopédie de la Parole reprend, à l’invitation du Festival d’Automne, une version retravaillée de sa géniale Suite n°1. écrite en 2013.

Informations et réservations ici

 

Visuel : ©Sopro- Théâtre Jean Vilar

 

Delphine Travers nous parle du Chateau d’Auvers sur Oise
Frédéric Roels : « La préservation des œuvres dans une perspective muséale ne m’intéresse pas »
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *