Spectacles
[SAISON 15/16] L’adieu à l’oeuvre de Trisha Brown au Théâtre National de Chaillot

[SAISON 15/16] L’adieu à l’oeuvre de Trisha Brown au Théâtre National de Chaillot

19 mai 2015 | PAR Christophe Candoni

Didier Deschamps a présenté hier soir au public la saison 2015/2016 du Théâtre National de Chaillot avec un programme très international composé de onze créations dont 3 destinées au jeune public, qui laisse une large place à des artistes habitués et aux spectacles au long cours. Chaillot conjugue la danse au féminin avec notamment la présence de Carolyn Carlson, artiste associée de la maison, Mathilde Monnier et Trisha Brown dont on verra la compagnie danser ses propres pièces pour la dernière fois en France.

Solos Olos, Son of Gone Fishin, Rogues, Present Tense…, ce sont pas moins de quatre ballets parmi les plus emblématiques de son répertoire que la compagnie de la chorégraphe américaine Trisha Brown interprétera à Chaillot. A l’occasion d’une grande tournée d’adieux à travers le monde avant de s’ouvrir à de nouveaux artistes et de nouvelles pièces, la papesse de la post modern dance, aujourd’hui retirée de la scène pour cause de maladie, couvre 50 ans de création.

Avec en tout 5 propositions, une autre grande dame de la danse, Carolyn Carlson, rejoint une saison qui fait la part belle à des artistes habitués parmi lesquels Noé Soulier, Thomas Lebrun, Kader Attoun. La danse croisera à Chaillot toutes les formes artistiques : la littérature, avec Angelin Preljocaj, qui donnera Retour à Berratham (d’après un texte de Laurent Mauvignier) dont la création aura lieu en juillet prochain dans la Cour du Palais des Papes à Avignon ; la musique classique et l’opéra puisque Béatrice Massin signera sa dernière création à partir de la Messe en si de Bach tandis que Joëlle Bouvier s’inspire pour sa nouvelle pièce avec le Ballet du Grand Théâtre de Genève du Tristan et Isolde de Wagner. Salue pour moi le monde emprunte son titre aux mots chantés par l’héroïne éponyme.

Alain Platel et ses ballets C de la B, chez qui la danse, la musique et le théâtre sont toujours formidablement mêlés reviennent à Chaillot avec deux spectacles : le jubilatoire Coup fatal, véritable dynamiteur du dernier Festival d’Avignon qui revisitait les grands airs baroques aux pulsations et sonorités africaines. Dans sa dernière pièce En marche ! présentée en juin au Printemps des comédiens de Montpellier, c’est une fanfare qui investira la scène.

Côté théâtre, deux trilogies sont très attendues. Wajdi Mouawad clôture son cycle dédié à Sophocle entamé il y a cinq ans avec Des Femmes dans la Carrière Boulbon au Festival d’Avignon. Il va s’attaquer la saison prochaine aux trois dernières pièces qui restent à monter : Ajax, Philoctète et Œdipe. Après sa Trilogie romaine, Ivo van Hove poursuit son exploration explosive et hyper contemporaine de l’œuvre politique de Shakespeare. Kings of War, dont la première est prévue début juin au Toneelgroep Amsterdam traversera les pièces Henri V, Henri VI et Richard III. Un électrochoc est à prévoir pour le public français abreuvé de la version très entertainment de Thomas Jolly.

A noter aussi une reprise de Répétition, la dernière pièce de Pascal Rambert créée dans le cadre du Festival d’Automne la saison passée.

Enfin, la Corée sera à l’honneur à l’occasion d’un focus qui accueillera notamment les 100 danseurs du National Gugak Center. José Montalvo signera une création avec le National Dance Company of Korea.

Gagnez « Taziri », le nouvel album de Titi Robin
Cannes, jour 6 : Moodoïd, Stéphane Brizé fort sur « La loi du marché », les aventures de « Vice-Versa » et des « Cowboys » pas percutants
Christophe Candoni
Christophe est né le 10 mai 1986. Lors de ses études de lettres modernes pendant cinq ans à l’Université d’Amiens, il a validé deux mémoires sur le théâtre de Bernard-Marie Koltès et de Paul Claudel. Actuellement, Christophe Candoni s'apprête à présenter un nouveau master dans les études théâtrales à la Sorbonne Nouvelle (Paris III). Spectateur enthousiaste, curieux et critique, il s’intéresse particulièrement à la mise en scène contemporaine européenne (Warlikowski, Ostermeier…), au théâtre classique et contemporain, au jeu de l’acteur. Il a fait de la musique (pratique le violon) et du théâtre amateur. Ses goûts le portent vers la littérature, l’opéra, et l’Italie.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture