Spectacles

Pierrot Lunaire en éclectrochoc pour l’ouverture de la saison de l’Athénée

Pierrot Lunaire en éclectrochoc pour l’ouverture de la saison de l’Athénée

26 septembre 2013 | PAR Yaël Hirsch

La formation de jeunes musiciens, « Le balcon« , dirigé par Maxime Pascal a ouvert hier soir la saison du Théâtre de l’Athénée où ils sont résidence. Le programme était ambitieux : « Le Pierrot lunaire » de Schönberg et une pièce radiophonique de Samuel Beckett, « Paroles et musique ». Et son exécution d’une originalité sonore et visuelle irrésistible.

[rating=5]

C’est avec un sourire à provoquer des éclipses que Maxime Pascal a ouvert cette résidence du Balcon, en expliquant avec passion le riche programme de la soirée. Puis le public a plongé dans l’univers expressionniste du « Pierrot Lunaire » d’Arnold Schönberg, pièce pour 8 musiciens et un soprano, adaptée en Français et au timbre chaleureux du formidable Damien Bigourdan (chanteur de cette musique parlée mais aussi acteur et danseur et clown). Sculptant un univers double, dans un expressionnisme où l’on ne sait pas exactement si c’est la folie glacée ou le désir fumant qui l’emporte, le Balcon joue de la répartition des sons dans l’espace pour rendre hypnotisante plus que grinçante cette pièce découpée comme un tronçon de bœuf dans la chambre froide. Visuellement, dans un respect quasi ironique de chaque phrase du texte de Albert Giraud, le vidéaste Nieto a fait un travail si époustouflant de projection vidéo sur la grande lune blanche, sur le corps du chanteur et sur la scène qui se met à s’animer comme un train fantôme, qu’on tend presque parfois à oublier la musique. Bien heureusement, quand cela risque d’arriver, les musiciens eux-mêmes sont mobilisés pour la mise en scène, Pierrot descendant dans la fosse étrangler le chef d’orchestre ou la violoncelliste grimpant pour planter avec délices le pic de son instrument dans le double du chef de Pierrot qui repose sur scène, comme un Jean-Baptiste après le passage de Salomé. Le résultat est saisissant : on rit, on angoisse, on se creuse les méninges et on perd parfois le fil de texte et de la musique, mais finalement l’on revit chacune des étapes de ce voyages dans la lune avec une intensité que l’on a rarement ressentie… Un très belle réussite, à la fois parfaitement fidèle à la pièce de Schönberg et complétement original.

[rating=2]

Après un entracte dont le public avait besoin pour souffler, l’intime du théâtre de l’Athénée se fait intimiste pour une performance d’une pièce radiophonique écrite par Samuel Beckett et Morton Feldman pour la BBC. Le rideau reste fermé, on est dans la pénombre, et la musique fluide de plus de dix instruments que se font totalement feutrés répond au texte effaré de Beckett sur l’amour et la douleur. On distingue à peine un comédien devant le rideau, mais assis comme un membre du public. L’on sent que l’inventivité vient bien de la répartition du son dans l’espace et des projections sonores orchestrées par Florence Derex. Mais à moins d’être vraiment technicien du son ou intégralement cérébral, cette représentation où l’on ne voit rien et où les jeux de sons entre intime et grinçant, mais jamais doux, semblent se répéter sans nous emmener nulle part, est vraiment difficile à suivre. Un travail peut-être un petit peu trop pointu pour le grand public.
Cela n’empêchera pas d’aller voir le Balcon à l’Athénée, conquis par l’originalité et l’énergie de ces résidents pas même trentenaires et qui réinventent déjà dans une volonté d' »art total » wagnérien et cinématographique, un répertoire classique et complexe.

Pierrot Lunaire d’Arnold Schönberg et et Paroles et musique de Morton Feldman et Samuel Beckett, Le Balcon, avec Damien Bigourdan, Eric Houzelot, scénographie et vidéo Nieto, projection sonore Florent Derex. Durée du spectacle : 1h40.

Infos pratiques

Théâtre de la Ville
Le Festival de la Bd de Bastia
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *