Performance

Le work in progress délirant de l’Amicale se déguste au Off d’Avignon

Le work in progress délirant de l’Amicale se déguste au Off d’Avignon

23 juillet 2018 | PAR Amelie Blaustein Niddam

L’ Amicale de Production est un genre de collectif particulier qui rassemble des projets d’artistes très contemporains. Pour Avignon, ce sont Antoine Defoort, Julien Fournet, Ina Mihalache, Diederik Peeters, Sofia Teillet, Dominique Gilliot et Samuel Hackwill qui se collent aux grands travaux.

La pièce se nomme Les travaux avancent à grand pas, ce qui ne manque pas d’humour dans le contexte. La performance se déroule au 11.Gilgamesh, théâtre ayant frisé la fermeture car il bafouait 22 points de la commission de sécurité. Mais les artistes ont eu gain de cause, pas de double peine, ils peuvent jouer, quand même. Heureusement car rater ce spectacle aurait été bien bête.

Alors, l’idée est simple : des artistes ont une idée de projet, en cours de création et viennent la présenter au public. Mais attention, pas tous ! « On est venus vous faire goûter des trucs pas cuits ! » Il faut tirer au sort, et là le bordel commence. Comment tirer au sort ? Chi-fou-mi semble être une clé parmi d’autres pour décoincer le problème.

Aujourd’hui, sur scène, se trouvaient Dominique Gilliot dont on adore les œuvres in situ, le plasticien Samuel Hackwill et la comédienne vue chez Macaigne, Sofia Teillet. Autour d’eux, il y a des boîtes avec des trucs aussi foutraques que « Tiret du 6 » écrits dessus. Chaque carton est une poupée russe qui en cache plein d’autres. Rien qu’à lire on est mort de rire, et ça c’était avant que Dominique Gilliot chante un slow écrit dans le train et que le tirage au sort par lancer d’avions en papiers réalisés par les spectateurs soit fait. Mais on en dit trop.

On crève de rire, mais pas que

Ce que l’on peut vous raconter, puisque demain un autre tirage au sort, bien biaisé, aura lieu, c’est que le hasard si innocent a décidé de nous faire partager la folie de Sofia Teillet qui nous explique, talentueusement, que La vie sexuelle des orchidées (oui oui, c’est le titre de sa performance), démontre que la fin du patriarcat est possible (oui oui, et c’est vrai).

Dans sa forme,  le spectacle se divise en deux : le choix du projet à défendre puis la défense du projet. Ici, une conférence très référencée sur l’histoire, les origines et donc, la vie sexuelle des orchidées où l’on rit mais pas que. Saviez-vous que près de 40 000 sortes d’orchidées existaient ? Une fleur à la fois « rare et en promotion chez Leroy Merlin », cela fait un spectacle ! A suivre donc, en espérant que Sofia Teillet trouve les soutiens pour mener à bien son projet.

Allez-y, on crève de rire, mais pas que, face à la réalité tout aussi pleine, face des conditions de création des artistes qui ici mutualisent et dévoilent des étapes de création pour espérer la voir naître… leur création.

Du 6 au 27 juillet à 15 heures, relâche le 25. Au 11.Gilgamesh, 11 boulevard Raspail. Durée : à peu près 1 heure.

Visuel : ©L’Amicale de Production

Tous les articles de la rédaction à Avignon sont à retrouver ici.

« Arctique », une fable vengeresse et trop amère d’Anne-Cécile Vandalem au Festival d’Avignon
Nice Jazz Festival 2018 : Une semaine envoutante sous le soleil Niçois
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. amelie@toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *