Performance
Marion Siéfert part en live au Festival d’Automne

Marion Siéfert part en live au Festival d’Automne

08 octobre 2020 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Présentée à la fois à la Commune d’Aubervilliers et sur Instagram, la dernière création de  Marion Siéfert se concentre sur le profil de _jeanne_dark_, 16 ans joué par son double, Helena de Laurens. Un portrait violent et absolument juste de l’adolescence.

Cette période de la vie, cet entre-deux critique entre l’enfant et l’adulte passionne Marion Siéfert qui en faisait déjà son objet dans Le grand sommeil où elle fusionnait avec l’identité d’une Jeanne, 11 ans déjà interprétée alors par Helena de Laurens

Rien ne va ; elle se trouve « maigre et molle ». Son projet pour aller un peu mieux est de raconter sa vie sur un live Insta. La fiction et la réalité font comme le veut la tendance du moment front commun. Le compte existe pour de vrai, avec de vrais abonnés qui sont là pour servir à faire spectacle.

Visiblement, Jeanne a grandi, elle a 16 ans et pas de bol. Elle habite les faubourgs d’Orléans. Elle est bardée de deux frères et une sœur. Sa mère est au-delà insatisfaisante, son père réac et absent.

Alors, pataugas aux pieds et kway vert, cheveux longs coulants devant ses yeux, Helena de Laurens a 16 ans. Et comme toute ado de son âge, c’est sur Instagram que sa vie se raconte et se met en scène.

Helena est sur scène, dans un rectangle blanc ; de part et d’autre se trouve deux panneaux. L’ensemble a des allures de retable du futur. Sur ces panneaux est projeté le live en train de se faire.

Le résultat est gênant car il nous scotche à l’écran. Il n’y a rien à faire, « ça » marche. On lit les commentaires foutraques écrits dans un français aléatoire. La langue et les mots des réseaux sociaux, cette autre grammaire maîtrisée dans ses erreurs se livre sur une scène de théâtre. Il y a ce gouffre de distance entre sa présence seule au plateau et les dizaines de followers.  Helena de Laurens campe cette ado en plein désarroi – « Je pue l’angoisse »- qui ne se plait pas et ne plait pas aux garçons, qui à la fois étouffe dans son cadre et qui en même temps en aime pas mal d’aspects. Pour la jeune chrétienne Jeanne, l’amour de Dieu et les chansons qui s’y réfèrent sont aussi des doudous. La performeuse montre comment Instagram est une allégorie de l’Église. Marion Siéfert le dit d’ailleurs dans le programme de salle qui accompagne le spectacle (d’ailleurs, dans le jargon, on nomme ce programme… une bible !) : « Quant au corps, Instagram ne fait que prolonger le rapport totalement obsessionnel que le catholicisme entretient à l’image : dans les peintures religieuses, comme sur Instagram, il faut éveiller le désir sans jamais montrer un téton ou un sexe. Il faut respecter des interdits et des règles de pudeur tout en amenant le spectateur à adorer l’image et ce qu’elle représente.« 

Siéfert offre une écriture ultra maîtrisée sur un sujet ô combien ardu. Le pas de deux avec le téléphone fonctionne parfaitement, elle sait diriger Helena pour devenir une autre, à quels endroits se placer pour créer des effets de gros plans par exemple. Ses qualités de corps lui permettent de se mouvoir au besoin du récit. Elle ne caricature pas, elle la met dans la peau d’une jeune fille de 16 ans. 

Jusqu’au 18 octobre, à la Commune et en direct sur Instagram. 

Ven. 2 au dim. 18 octobre
Mer. et jeu. 15 octobre 19h30, jeu. 8 octobre 14h30, ven. 20h30, sam. 18h, dim. 16h,
relâche lun. et mar.

Visuel  : © Mathieu Bareyre

 

 

 

Infos pratiques

L’Agenda des vernissages de la semaine du 8 octobre
Un Cosi de tréteaux à Toulouse
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *