Opéra
« Theodora » de Haendel offre une palette vocale au spectre multiple

« Theodora » de Haendel offre une palette vocale au spectre multiple

02 décembre 2021 | PAR Victoria Okada

L’unique représentation en version de concert, Theodora de Haendel au Théâtre des Champs-Elysées fut caractérisée par une très belle palette vocale au spectre multiple due aux cinq chanteurs.

Lisette Oropesa, Joyce DiDonato, Michael Spyres, John Chest et Paul-Antoine Bénos-Djian. Le 22 novembre, seuls ces noms suffisent pour remplir complètement la salle art-déco de l’Avenue Montaigne, à Paris. Une version scénique dirigée par William Christie, avec Katherine Watson, Philippe Jarrousky et Stéphanie d’Oustrac a laissé un certain souvenir de cette œuvre qui n’est pas la favorite des amateurs du compositeur. La présente version de concert permet de se concentrer davantage sur la musique qui se montre somptueuse, non pas par l’exubérance, mais par la profondeur.

Le rôle-titre est tenu par Lisette Oropesa. Son nom affiché dans Haendel est suffisamment inattendu pour attirer l’attention de plus d’un mélomane. Si la clarté de son timbre convient à la princesse d’Antioche, elle est beaucoup plus réservée que lorsqu’elle chante dans son répertoire habituel. Visiblement, elle cherche un équilibre entre sa voix et l’écriture haendelienne du milieu du XVIIIe siècle. C’est seulement vers la fin de la soirée, au dénouement de l’histoire où la force dramatique prend le dessus, qu’elle retrouve enfin un peu d’aplomb.

Joyce DiDonato suspend le temps à plusieurs reprises avec des notes longues dans les aigus, chantées en quintuple, qui semblent flotter dans l’air comme la plume la plus légère du monde. Léger, certes, mais pas faible. Son sens du style, ses grandes expériences dans les opéras de Haendel, font d’elle la reine de la soirée, absolument bouleversante. Michael Spyres en Septimius illumine la scène par sa couleur ensoleillée et sa puissance exceptionnelle, à quoi s’ajoute sa grande agilité. Cependant, sa vocalité très ouverte et sa projection, plus destinée à des scènes de grande taille, intriguent dans cet oratorio. La fermeté et la densité de John Chest donnent au personnage de Valens une certaine consistance mais ne semblent cependant pas y être totalement.

Paul-Antoine Bénos-Djian © Laurent Laurent


Paul-Antoine Bénos-Djian
, en revanche, incarne Didymus corps et âme. Une projection ample fait résonner un timbre chaud et dense. Bien assis, il se montrait un peu prudent au début mais son talent fait lui-même son chemin et à chaque fois, son chant augmente sa densité dramatique. Si son rôle ne comprend pas une virtuosité fulgurante comme dans Rinaldo récemment vu à Tourcoing, il est également doué pour des partitions plus intériorisées, ce qui fait de lui un contre-ténor d’exception.

Le chœur est d’une grande qualité, avec notamment les sopranos qui ne forcent jamais. Massimo Lombardi prête sa voix au Messager depuis sa place dans le chœur, avec la même prestation que les solistes.

Maxim Emelyanychev dirige l’Ensemble Il Pomo d’Oro (il serait très appréciable que le programme de la salle mentionne les noms de ses musiciens) avec sa vivacité habituelle, ses expressions corporelles prononcées. Il adopte des tempos souvent allants mais cela traduit sa réflexion sur la partition, si bien que cela ne choque pas. Ses gestes, parfois brusques et pressés il y a encore quelques années, s’affinent et prennent plus de précision. La musique est ainsi plus aérée, tout comme l’orchestre qui devient de plus en plus transparent.
Le chef offre ici un travail d’équipe, réussit à associer chaque voix à son rôle et conférer à l’orchestre des coloris soutenus. Cette belle prestation collective a dépassé très largement la simple curiosité de voir réunis des chanteurs de renom aux caractères si différents.

Vous pouvez réécouter et revoir le concert sur Medici.tv jusqu’au 31 décembre 2021. 

photo © capture Medici.tv

Schumann et Ravel, la Ménagerie de Verre plus inaccoutumée que jamais !
Medea in Corinto, flamboyant opéra de Mayr à Bergame
Victoria Okada

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture
Registration