Opéra

Saisons européennes d’opéra : l’opéra de Munich entre audace et répertoire

Saisons européennes d’opéra : l’opéra de Munich entre audace et répertoire

02 avril 2019 | PAR Paul Fourier

La maison d’opéra bavaroise a décidé cette année de développer « le dilemme posé par les décisions émotionnelles et le comportement rationnel » tout en mettant en avant des œuvres hors des sentiers battus.

En novembre 2019, La ville morte de Korngold sera dirigée par le directeur musical, Kirill Petrenko et mis en scène par Simon Stone avec Jonas Kaufmann et Marlis Petersen. Le contemporain sera présent avec the snow Queen  (composé entre 2014 et 2018 par Hans Abrahamsen) et un objet opératique non identifié de Marina Abramovic permettra d’explorer les 7 vies de Maria Callas. Se rajoutera à cela un château de Barbe-Bleue de Bartok mis en scène par Katie Mitchell (Ariane à Naxos à Aix et au théâtre des Champs-Elysées ) et un grand écart reliant deux opéras de Verdi distants de 46 ans, I Manasdieri (composé en 1847, avec Diana Damrau et Charles Castronovo) et Falstaff (composé en 1893, avec Wolgang Koch et Aleksandra Kurzak entre autres). Castor et Pollux, mis en scène par Hans Neuenfels et dirigé par Ivor Bolton et Mignon de Ambroise Thomas se rajouteront à ce tableau de nouveautés de la saison éclectique bavaroise.

Du côté du répertoire, il sera difficile de résister, une fois de plus, à ce Don Carlo qui enchaine les distributions superlatives chaque saison. Cette année, la sublime Elisabeth de Anja Harteros sera accompagnée de Charles Castronovo, Ildar Abdrazakov, Ludovic Tezier et Elina Garanca. Un des événements de l’année sera incontestablement la prise de rôle de Turandot par Anna Netrebko. Mais les princesses alternatives ne manqueront pas de panache (Nina Stemme et Anna Pirozzi).
La reprise de Otello sera l’occasion de comparer les deux stars, Jonas Kaufmann et Roberto Alagna, avec, une fois encore la Desdémone de Anja Harteros.
C’est Michael Spyres (actuellement à l’affiche du postillon de Lonjumeau à l’Opéra Comique (lire ici)) qui reprendra Hoffmann en octobre avec, entre autres, Elsa Benoit, Alex Esposito et Michèle Losier. Il sera ensuite Arnold dans Guillaume Tell (avec Salomé Jicia et Gérald Finley).
Erwin Schrott sera le séducteur (et séduisant) Don Giovanni aux côtés de Rachel Willis-Sorensen, Frédéric Antoun, Carmen Giannattasio, Luca Pisaroni et Elsa Benoit.
Pretty Yende (à l’affiche du Don Pasquale de Garnier) (puis Aida Garifullina en mai 2020) sera une Adina tiraillé entre le Nemorino de Pavol Breslik, enivré par l’élixir d’amour du Dulcamara de Ambrogio Maestri, et le Belcore de Marius Kwiecien.
Anja Harteros sera la Mimi de Benjamin Bernheim dans la Bohème lors du festival de juillet 2020.
La production de Eugene Onegin mis en scène par Krzysztof Warlikowski (actuellement à l’opéra Bastille avec Lady Macbeth de Mzensk) sera reprise avec Elena Stikhina, Igor Golovatenko et Pavol Breslik et sa Salomé avec Marlis Petersen.
C’est Anja Kampe et Brandon Jovanovitch (le récent Enée des Troyens de bastille) qui exploreront le grand ouest et ses saloons avec la Fanciulla del West.
On peut ensuite citer pêle-mêle les reprises du Hollandais volant (Hans-Peter König, Anja Kampe et Camilla Nylund, Bryn Terfel et Michael Volle), de Karl V (Bo Skovhus), de Lohengrin (Anja Harteros, Klaus Florian Vogt, Karita Mattila), de Lucia di Lammermoor (Pretty Yende et Lisette Oropesa en alternance, Javier Camarena, Quinn Kelsey), des Maitres chanteurs de Nuremberg (Wolfgang Koch, Jonas Kaufmann), de Nabucco (Placido Domingo, Liudmyla Monarstyrska, Teresa Iervolino), Orlando Palatino (Mathias Vidal), de Parsifal (Simon Keenlyside, Anja Kampe, Simon O’Neill), de Rigoletto (Ludovic Tézier et Simon Keenlyside en alternance, Benjamin Bernheim et Joseph Calleja, Erin Morley et Rosa Feola), de la Femme silencieuse (Brenda Rae), de Tosca (Anja Harteros et Sonya Yoncheva en alternance, Stefano la Colla et Joseph Calleja, John Lundgren, Zeljko Lucic et Erwin Schrott), de la Traviata (Ailyn Perez, Venera Gimadieva et Ermonela Jaho (fantastique Violetta à Bastille en décembre dernier), Charles Castronovo, Placido Domingo et Simon Keenlyside).

Le programme complet et les modes de réservations sont ici.

© Attribution-NonCommercial-NoDerivs 2.0 Generic (CC BY-NC-ND 2.0)

La renaissance du Postillon de Lonjumeau à l’Opéra Comique
Saisons européennes d’opéra : les belles affiches de Berlin
Paul Fourier

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *