Opéra

Parodie festive selon Donizetti à Genève

Parodie festive selon Donizetti à Genève

27 décembre 2018 | PAR Gilles Charlassier

Dernière production à l’Opéra des Nations avant le retour à la Place De Neuve rénovée, le Viva la Mamma de Donizetti réglé par Laurent Pelly fait régner un parfum de fête sur le Grand Théâtre de Genève, avec une parodie théâtrale enlevée aux saveurs d’Italie, emmenée par l’impayable Laurent Naouri en Mamma Agata.

[rating=4]

Le rideau de lève sur un décor de salle de théâtre transformée en parking. Un Fiat 500 flambant neuve vient de se garer. La radio débite les informations de trafic où l’on reconnaît Milan et Turin. On est à Lodi, en Lombardie, et la conductrice récupère ses sacs de fashion victim dans le coffre compact avant de prendre la sortie, au fond de la scène. Pour un peu longue que puisse être la séquence introductive, sinon passablement accessoire, elle présente l’avantage de situer d’emblée la production que Laurent Pelly a réglée de l’opéra bouffe de Donizetti, Le convenienze ed inconvenienze teatrali (Viva la mamma!), donnée d’abord à Lyon en 2017, avant de passer la frontière pour les fêtes de cette année. L’intrigue offre un miroir satirique presque contemporain des usages et des travers du monde lyrique, entre les attentes du chef et du compositeur, les exigences du directeur, et les caprices divers des chanteurs, véritable creuset d’extravagances dans une péninsule dévouée à la cause du belcanto à l’époque romantique – tropisme d’ailleurs qui n’avait rien de nouveau, depuis au moins l’ère baroque.
On retrouve ainsi le mépris de la prima donna, Daria, pour ses partenaires : Patrizia Ciofi se révèle irrésistible dans les méandres d’une forme physique hypersensible, couvée par son mari servile, David Bizic jouant habilement de la maladresse ridicule du personnage. Plus encore que la virtuosité parodique, c’est le jeu d’acteur de la soprano italienne qui fait mouche, avec ses répliques inimitables. La seconda donna, rivale, Luigia, est incarnée avec saveur par Melody Louledjian, sûre de ses moyens et de sa juvénilité fruitée dans les coulisses mais d’une timidité gauche et scolaire quand vient le moment de fouler les planches. C’est sous la houlette de sa mère, l’envahissante Mamma Agata, qu’elle terminera son numéro hors du plateau. Dans le rôle travesti de mère poule, Laurent Naouri résume les ambitions pour sa progéniture, et un caractère haut en couleurs qui met sens dessus dessous le théâtre. Aussi hilarant dans le falsetto grimé et une prétention lyrique faisant fi de son incompétence, que dans l’autorité maternelle qui défie les genres – et le bon goût, avec un savoir-faire admirable – le baryton français domine le plateau avec sa présence évidente et contagieuse.
Les autres figures de la comédie complètent le tableau, entre Luciano Botelho, premier ténor quémandant une meilleure tribune à son talent au poète Cesare Salsapariglia, tenu par Enric Martínez-Castignani, et le Pippetto léger de Katherine Aitken. Pietro Di Bianco incarne un chef d’orchestre aussi accablé par sa troupe que Péter Kálmán, robuste impresario, quand Rodrigo Garcia s’acquitte des interventions du directeur, qui viendra sonner la fin de la répétition. Les chanteurs prendront alors la fuite, conclusion d’une satire amusante, quoique passablement décousue. Restera le décor de Chantal Thomas, théâtre de profil qui aura retrouvé sa splendeur au second acte avant la catastrophe, sous les lumières de Joël Adam, tandis que dans la fosse, Gergely Madaras anime de manière agile et convaincue l’Orchestre de Chambre de Genève. Un plaisant spectacle qui referme la résidence temporaire du Grand-Théâtre de Genève à l’Opéra des nations, structure en bois déjà utilisée auparavant par la Comédie Française, qui partira en Chine. La réouverture de la Place de Neuve se fera en février avec trois cycles entiers du Ring de Wagner.

Gilles Charlassier

Le convenienze ed inconvenienze teatrali (Viva la mamma!), Donizetti, mise en scène : Laurent Pelly, Grand-Théâtre de Genève, jusqu’au 3 janvier 2019
©Site Grand-Opéra de Genève

Le best of Livres 2018 de la rédaction de Toute La Culture
« Le temps d’apprendre à vivre » : trois voix de femmes par Elsa Boublil
Gilles Charlassier

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *