Opéra
Il Giustino de Vivaldi à Berlin, légers plaisirs baroques 

Il Giustino de Vivaldi à Berlin, légers plaisirs baroques 

25 novembre 2022 | PAR Nicolas Chaplain

La Staatsoper Unter der Linden de Berlin présente Il Giustino de Vivaldi. Christophe Dumaux est un excellent Giustino. René Jacobs dirige avec joie L’Akademie für Alte Musik de Berlin. La production mise en scène par Barbora Horáková semble n’avoir qu’un unique (et maigre) objectif : être plaisante et divertir.

C’est sur un plateau de théâtre, devant les pans d’un décor pas fini, des toiles et des colonnes antiques en trompe l’œil que déboule un groupe d’enfants bruyants suivis par leur institutrice. Ces jeunes sont les doubles des sept protagonistes. Ils observeront l’intrigue et prendront part au jeu.

Vivaldi composa Il Giustino pour le carnaval de Rome en 1724. Un univers esthétique hétéroclite multiplie les clins d’œil au théâtre baroque, à Louis XIV mais aussi à Laurel et Hardy, à Gene Kelly, à Buster Keaton. Les costumes empruntent des éléments à tous les siècles : culottes bouffantes, bottes hippies, redingotes, lunettes de soleil, perruques blanches, armures médiévales et baskets. La déesse Fortuna se déplace en trottinette. Des judokas en kimonos font irruption dans le palais. L’ensemble est amusant sans être hilarant. L’équipe artistique se contente d’une lecture un peu décalée visuellement mais ne cherche ni à actualiser ni à approfondir les dimensions satirique et politique que l’œuvre pourrait inspirer aujourd’hui. On regrette l’absence d’une lecture plus personnelle, plus particulière, plus profonde.

Avec aisance et passion, René Jacobs explore la fantaisie et la variété de l’instrumentation, fait entendre les couleurs nombreuses, la majesté, la sensualité, la pétulance des airs, déploie une théâtralité séduisante et des nuances ciselées.

Christophe Dumaux est Giustino, le modeste paysan qui souhaite sortir de sa condition et qui parviendra à la gloire et au pouvoir après avoir tué un ours, combattu un monstre marin, vaincu la tempête et sauvé la princesse. Il voudrait être un Cadmos ou un Jason alors qu’il plume une poule. La voix du contreténor français ne cesse de s’épanouir. Son jeu naturel, une belle intériorité et une gravité bienvenue contrastent avec le maniérisme (fatigant) du prince Antonio, narcissique et fashion victim, interprété par Raffaele Pe. La bonne humeur règne sur le plateau. Le casting féminin est admirable et pétillant. Citons Kateryna Kasper (Arianna), Robin Johannsen (Leocasta) et Helena Rasker, irrésistiblement drôle dans le rôle d’Andronico qui se travestit en femme pour vivre plus proche de sa bien-aimée.  

Photo : Matthias Baus

“Rebetiko”, la musique et l’image pour dire l’exil et la nostalgie
Affirmations féministes et grands talents pour Les Noces de Figaro, en reprise à l’Opéra de Paris
Nicolas Chaplain

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A propos

Toute La Culture : Comment choisir ?
Toute La Culture est un magazine d'information pluridisciplinaire et national. Il regarde notre societé par les yeux des tendances et de la culture. Fondé en 2009, il est reconnu comme journal en 2012 puis d' Information Politique et Générale (IPG), en 2017

L’objectif de Toute La Culture est véritablement de parler de TOUTE la culture : un film d’animation d’Europe de l’Est comme blockbuster américain à énorme budget, un récital lyrique comme un nouvel album de rap, la beauté et les tendances sont abordées d’un angle culturel et même les sorties en boîte de nuit et les nouveaux lieux à la mode sont dans nos pages. Enfin, les questions politiques d’actualités sont au coeur de nos articles : covid, #metoo, mémoire, histoire, justice, liberté, identité sont au cœur de nos réflexions à partir des spectacles et œuvres que nous voyons comme critiques. Non seulement nos rédacteurs se proposent être vos guides et de vous aider à choisir dans une offre culturelle large, à Paris, en France, en Europe, mais c’est parce que Toute la Culture brasse large que, dans ses quinze articles quotidiens, le magazine doit avoir un point de vue arrêté sur l’actualité. Et ce point de vue part du principe que l’angle culturel offre une grille de lecture unique et précieuse sur le monde dans lequel nous vivons.
Soyez libres… Cultivez-vous !

Soutenez Toute La Culture
Registration