Opéra
Hervé Niquet mène avec entrain l’enregistrement de Phryné à Rouen

Hervé Niquet mène avec entrain l’enregistrement de Phryné à Rouen

08 avril 2021 | PAR Victoria Okada

L’orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie et le chœur du Concert spirituel viennent d’enregistrer, du 31 mars au 2 avril, sous la direction d’Hervé Niquet, l’opéra-comique Phryné de Camille Saint-Saëns, le seul opéra humoristique du compositeur.

Connaissez-vous Phryné ? Il s’agit d’un opéra-comique en deux actes de Saint-Saëns. À l’occasion du centième anniversaire de la mort du compositeur, le Palazetto Bru Zane – Centre de musique romantique française (PBZ) ressort cette œuvre tombée dans l’oubli. Créée le 24 mai 1893 à l’Opéra-Comique à Paris, elle connut alors un grand succès. Un tel succès que Phryné comptait parmi les opéras les plus célèbres de Saint-Saëns de son vivant ! André Messager et Charles Gounod, notamment, seront enthousiastes devant cette merveille.

L’enregistrement se déroule en alternance avec la répétition. Et la répétition consistait essentiellement à modeler l’orchestre et le chœur afin de donner une forme à l’interprétation. Pour cela, Hervé Niquet ne mâche pas les mots. Avec son humour souvent décalé et parfois ironique (on se souvient de ses chroniques hebdomadaires sur France Musique), il embarque les musiciens et les choristes dans son vaisseau et les place sur l’orbite de sa galaxie. Ainsi, après quelques reprises, ils insufflent plus de vivacité au passage concerné, en l’occurrence la fin du premier acte pour la séance à laquelle nous avons assisté. La musique prend plus de relief, plus d’accent, comme un sculpteur fait émerger à partir d’une pierre brute une gracieuse Aphrodite. A ce moment-là, ils effectuent quelques prises, puis passent à un autre passage.

Cyrille Dubois et Florie Valiquette

Parmi les chanteurs habitués dans les productions du Palazetto Bru Zane (Cyrille Dubois, Thomas Dolié, Anaïs Constans…), la soprano Florie Valiquette marque sa première collaboration avec le Centre de Musique romantique française. Elle impose naturellement sa vocalité tout à fait adaptée au répertoire, notamment dans les parties vocalisées presque coloratures. Son timbre s’avère bien harmonieux avec ceux des autres personnages.

Si Phryné a déjà quelques rares enregistrements, la version choisie par Alexandre Dratwicki, directeur artistique du PBZ, se dévoile — comme le fait Phryné en sortant des ondes ! — pour la première fois au grand jour. Peu de temps après la création de l’opéra-comique, pour les représentations dans des pays étrangers dans leurs langues respectives, les dialogues français en alexandrin ont été remplacés par des récitatifs chantés, composés par André Messager. Cette nouvelle partition, publiée en août 1909, s’imbrique parfaitement dans la composition originelle et y apporte une richesse supplémentaire, sans qu’elle ne dénature aucunement la musique de Saint-Saëns. Par ce choix musicologique alléchant, le formidable travail des spécialistes du Bru Zane nous éclaire encore davantage sur la production de Saint-Saëns, dont l’intégralité de son génie est loin d’être connue de tous.

L’œuvre sera présentée en version de concert le 24 juin 2021 à 20h à l’Auditorium du Louvre dans le cadre du Festival Palazetto Bru Zane Paris (8 juin au 1er juillet), puis le 3 juillet à 18h à l’Opéra de Rouen Normandie.
La sortie du CD est prévue pour le début 2022.

Photos © Le Philtre

À Marseille, Luisa Miller assiégée par la noirceur des sentiments
« Pas une goutte de sang français » : le retour au Pays de Manuel Valls
Victoria Okada

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture