Opéra
Cosi Fan Tutte au palais Garnier : l’Harmonie mozartienne renouvelée

Cosi Fan Tutte au palais Garnier : l’Harmonie mozartienne renouvelée

04 novembre 2013 | PAR La Rédaction

 

 

David Desvallées

Le Palais Garnier présente à nouveau Così fan Tutte, dans la mise en scène soignée de l’italien Ezzio Toffolutti, prodige touche-à-tout. Régulièrement représentée depuis sa création en 1996, cette production recèle les charmes de l’esprit mozartien.

[rating=4]

Credo des directeurs d’opéras et des metteurs en scène, la Modernité présente l’intérêt de renouveler la vision d’une œuvre. Ce parti pris est invoqué et discuté, sitôt que les mises en scène sont suspectées de s’éloigner des intentions originelles du compositeur et du librettiste.

La mise en scène resituée de Così fan Tutte écarte toute querelle possible et nous plonge dans un univers éminemment mozartien, léger et souriant. Ezzio Toffolutti ne souscrit pas au diktat de l’audace, quitte à paraître très classique. Son sens de la reconstitution fidèle a fort à voir avec l’engouement du public, au complet pour cette septième reprise. Les décors vénitiens et les costumes d’époque assurent la longévité de cette production.

Così fan Tutte n’a pourtant pas été considéré comme un chef d’œuvre avant le XXe siècle, en raison de l’argument jugé licencieux. On pouvait imaginer que l’inconstance soit le fait des hommes, mais non des femmes. Aujourd’hui, il est acclamé pour son intrigue pleine d’entrain et sa partition captivante. Cet opera buffa est également bien plus qu’un marivaudage frivole : il explore le sentiment amoureux et la peur de la tromperie.

D’un point de vue vocal, les deux sœurs, Stéphanie d’Oustrac et Myrtò Papatanasiu, dominent la distribution. La soprano slovénienne Bernardo Bobro (Despina) mène la danse de cette Ecole des Amants avec beaucoup de drôlerie : on espère la revoir très vite à l’Opéra de Paris !

 

© Opéra national de Paris / Agathe Poupeney

Infos pratiques

Elephant Paname
Kraspek Myzik
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *