Opéra

Anass Ismat, chef de Chœur de l’Opéra de Dijon nous parle de Nabucco

Anass Ismat, chef de Chœur de l’Opéra de Dijon nous parle de Nabucco

23 octobre 2018 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Du 15 au 24 novembre, l’opéra de Dijon présente sa version de Nabucco. Anass Ismat nous parle de la célèbre oeuvre de Verdi.

Vous êtes chef de chœur à l’Opéra de Dijon, quelle est la place des chœurs dans cet opéra si célèbre ?

Les premières notes de cet ouvrage sont chantées par le chœur. Ce dernier a une place prédominante dans l’ouvrage, il est un personnage à part entière. D’ailleurs, on retrouve le fameux « Va, pensiero » chœur des esclaves, cet air emblématique et intemporelle. Verdi a su donner différentes formes d’écriture pour les chœurs, du A capella (une forme très rare dans les opéras), des airs chantés à l’unisson, des leitmotivs fugués… En tout cas, une partition qui sollicite le chœur tout au long de l’histoire. Le chœur est donc omniprésent musicalement et scéniquement.

Qu’elle est la portée politique de cette oeuvre?
Pour la metteuse en scène, la notion d’identité d’un peuple, le rapport de la foi politique et de la foi religieuse sont très forts dans Nabucco. Même si l’histoire se déroule en 600 av J.C. cette culture politico-religieuse résiste au temps et est témoin d’une époque qui se répète aujourd’hui. Car cette oppression des peuples reste un drame très actuel.

Elle propose donc une transposition, dans le monde d’aujourd’hui, mettant en relief les conflits armés contemporains et les mouvements de soulèvements et de répressions des peuples. Elle analyse également, comment les médias, par le biais de l’image et de l’information en continue, écrivent, quasi instantanément, l’Histoire. L’image, véhiculée par les médias ou les réseaux sociaux ne devient alors-t-elle pas une nouvelle idole ?

C’est donc cette image vidéo, cette écriture de l’Histoire en info-continue qui sera présente tout au long de l’œuvre.

Cet opéra est une coproduction en collaboration avec l’Opéra de Lille, concrètement, qu’est ce que cela veut dire ? Est-ce que par exemple les répétitions se font dans une ville, les décors sont construits dans une autre ?

Nous avons l’habitude de collaborer avec d’autres maisons d’opéra. Chaque maison a ses spécificités, en effet, on trouvera différents corps de métiers (l’orchestre, le chœur, la maîtrise, le ballet, les ateliers de fabrication des décors et des costumes…). La coproduction est l’occasion d’unir toutes ces forces artistiques, et en même temps de pouvoir se produire dans différents lieux et rencontrer d’autres publics.

Concernant cette coproduction, les deux chœurs se sont réunis et ont répété à Lille et cela était une expérience enrichissante. D’autre part, l’opéra Nabucco a déjà été représenté sur la scène de l’opéra de Lille qui est un théâtre à l’italienne. À Dijon, cela sera une toute nouvelle expérience avec l’acoustique et le grand espace de l’auditorium.

Un atelier pour les enfants est organisé autour de Nabucco, comment est-il construit ?

Pendant que les parents ou les accompagnateurs assistent à l’opéra, les enfants sont pris en charge par des artistes intervenants dans une salle dédiée de l’Auditorium. Un atelier créatif leur est proposé en lien avec l’opéra.

Nabucco de Verdi
jeudi 15 à 20h00
dimanche 18 à 15h00
mercredi 21 à 20h00
samedi 24 à 20h00
TARIF OPÉRA
De 5,50€ à 65€
DURÉE
3h avec entracte.

Adresse : 18 boulevard de Verdun, à Dijon.

Toutes les informations pratiques ici
Réservations ici.

 

Visuel : ©Frédéric-Iovino.

Françoise Dolto, veuve de guerre à sept ans chez Gallimard
Rencontre avec Suzane, invitée du MaMA Festival
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *