Spectacles
Les femmes générales de la famille Yang

Les femmes générales de la famille Yang

24 octobre 2015 | PAR Sandra Bernard

Cela faisait bien des années que le théâtre de la Ville n’avait accueilli une aussi grande troupe d’opéra de Pékin. Avec pas moins de 60 artistes issus de la prestigieuse troupe Jingju de Beijing, c’est une représentation flamboyante de la célèbre pièce Les femmes générales de la famille Yang qui s’offre aux yeux des spectateurs jusqu’au 24 octobre 2015.

XIe siècle de notre aire, la dynastie Song est menacée par un royaume de l’ouest. Yang Zongbao, chef de famille et général de l’armée, dirige les troupes de défense lorsqu’il est tué par une flèche. Au même moment, sa famille s’apprête à célébrer ses 50 ans et festoie dans l’ignorance de la tragique nouvelle. Une fois les messagers arrivés, ce n’est que pleurs et tristesse de la perte du dernier homme en âge de combattre de la famille. L’empereur, également informé de la mort de son général sur les marches de l’Empire, est fort peiné mais, ne trouvant aucun noble pour lever une nouvelle armée, se résigne à demander la paix à son voisin belliqueux. A l’annonce de cette nouvelle, les femmes de la famille Yang sont révoltées et se proposent pour mener l’armée, défendre le pays et venger le défunt. D’abord dubitatif, l’empereur et ses ministres acceptent devant leur fougue. Elles se mettent donc en campagne dans leurs armures rutilantes.

Le fond de l’histoire, étonnamment moderne avec ses femmes fortes et ses hommes de pouvoir peureux et indécis voir fourbes, fait la part belle aux nombreux rôles féminins. Sans aller jusqu’à qualifier la pièce de féministe, l’on se réjouit de voir les personnages féminins prendre leur destin en main au lieu d’attendre la venue du héros salvateur.

Les tableaux se succèdent à un rythme effréné pendant les deux heures que dure le spectacle. Intérieur de palais, montagne, forteresse, les décors sont nombreux. Y évoluent une soixantaines d’artistes chanteurs, comédiens, clowns, acrobates parés de magnifiques costumes. La qualité de leurs prestations impressionne : minutie et délicatesse des gestes codifiés, synchronisation, mouvement graciles et chants soutenus.  Les acrobates semblent à peine toucher le sol lors de leurs scènes virevoltantes. Une fluidité et une perfection d’exécution qui ne s’obtient qu’après de longues années d’entraînements.

Concernant les représentations au théâtre de la ville, le spectacle émerveille par la qualité du jeu des comédiens, des costumes et des décors de fond de scène. La seconde partie, avec l’entrée en matière des acrobates, est très impressionnante. L’on regrette toutefois que l’instrumentation soit un peu trop forte par rapport aux chants, rendant les paroles presque indistinctes pour une oreille non avertie. Enfin, dans une salle bondée il fait rapidement chaud, ce qui s’avère relativement désagréable.

La pièce reste cependant très intéressante, dépaysante et visuellement éblouissante pour les amateurs d’opéra de Pékin et spectateurs curieux.

Informations pratiques :

THÉÂTRE DE LA VILLE : 2 PLACE DU CHÂTELET PARIS 4

COMPAGNIE DE THÉÂTRE JINGJU DE BEIJING CIE : LES FEMMES GÉNÉRALES DE LA FAMILLE YANG  première française

DU 21 AU 24 OCTOBRE 2015, 20h30, EN CHINOIS, SURTITRÉ EN FRANÇAIS

 Visuel : Le théâtre Jingju de Beijing. CR : DR

Infos pratiques

[Critique] « Pan » Film d’aventure plus tape-à-l’œil que merveilleux avec Hugh Jackman
[Critique] « Mon Roi » Maïwenn filme l’amour destructeur de Vincent Cassel et Emmanuelle Bercot
Sandra Bernard
A étudié à l'Université Paris Ouest Nanterre la Défense l'Histoire et l'Histoire de l'Art. Après deux licences dans ces deux disciplines et un master recherche d'histoire médiévale spécialité histoire de l'Art dont le sujet s'intitulait "La représentation du costume dans la peinture française ayant pour sujet le haut Moyen Âge" Sandra a intégré un master professionnel d'histoire de l'Art : Médiation culturelle, Patrimoine et Numérique et terminé un mémoire sur "Les politiques culturelles communales actuelles en Île-de-France pour la mise en valeur du patrimoine bâti historique : le cas des communes de Sucy-en-Brie et de Saint-Denis". Ses centres d'intérêts sont multiples : culture asiatique (sous presque toutes ses formes), Histoire, Histoire de l'Art, l'art en général, les nouveaux médias, l'art des jardins et aussi la mode et la beauté. Contact : sandra[at]toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *