Opéra
Les chevaliers de la table ronde à Avignon, une bouffonnerie ponctuée de couplets

Les chevaliers de la table ronde à Avignon, une bouffonnerie ponctuée de couplets

01 janvier 2022 | PAR Victoria Okada

L’Opéra Grand Avignon présente pour la fin d’année une nouvelle version, produite par l’Opéra de Lausanne, des Chevaliers de la table ronde d’Hervé. La pièce, longtemps oubliée, a été révélée au grand public il y a quelques années par une importante tournée en France dans la production du Palazzetto Bru Zane. Alors que cette dernière version était plus lyrique, la proposition de Jean-François Vinciguerra mise plutôt sur la bouffonnerie parlée, ponctuée de couplets.


La perception et l’appréciation de cette production dépendent largement de point de vue qu’on adopte. Les amoureux du théâtre, notamment de celui de boulevard, ont un grand plaisir à suivre cette mise en situation loufoque d’un pseudo Moyen-Âge d’Hervé, renforcé par l’adaptation de Jean-François Vinciguerra. C’est tout à fait autre chose pour les lyricomanes qui font l’expérience d’une certaine frustration. En effet, à force d’insister sur les dialogues burlesques abondamment réécrits (même si l’adaptation en faveur des actualités du moment a toujours été l’objet de grande attention dans l’opérette), les parties chantées, qui sont déjà relativement maigres chez Hervé, donnent l’impression qu’elles sont réduites au minimum, juste pour « changer d’air ». La distribution, qui ne réunit pas que des chanteurs, accentue la frustration.

Laurène Paternò se distingue particulièrement dans le rôle de Mélusine


Le soir de la première, le 29 décembre, les chanteuses se montrent plus aguerries que les chanteurs. Parmi elles, Laurène Paternò se distingue particulièrement dans le rôle de Mélusine. Ses agilités vont de pair avec son élancé lyrique qui fait entrevoir sans équivoque son solide soutien technique. Son timbre agréable est toujours maintenu dans une couleur constante, et ce, dans toutes les tessitures. Par ailleurs, sa présence scénique, à la hauteur de sa présence vocale, illumine littéralement la scène. Bref, elle a tous les atouts pour briller ! On attend donc avec impatience sa prochaine apparition, au mois de mars 2022, en Despina dans Cosi fan tutte de Mozart à Paris, au Théâtre des Champs-Elysées, aux côtés de Vanina Santoni, Gaëlle Arquez, Cyrille Dubois, Florian Sampey et Laurent Laouri.

Jean-François Vinciguerra domine la scène par son naturel superlatif


Chez les messieurs, Merlin II de Jean-François Vinciguerra domine la scène par son naturel superlatif. Dans un décor unique présentant un château fort, sa mise en scène est certes amusante mais limite les mouvements qui se déroulent toujours à l’intérieur de ces décors, tant pour la scène de concours que pour le groupe de hippies des années 1970. Les éléments anachroniques chers au compositeur sont plutôt réussis, tant pour les accessoires que pour les costumes. Les récits avec des images de manuscrits médiévaux animés, projetées sur le rideau de scène, pour présenter les personnages avant même l’ouverture, sont plutôt une bonne idée mais la qualité du son ne permet pas une appréciation totale : ainsi, de nombreux effets sonores sont loin d’être discrets. Quelques gags verbaux et visuels suscitent des hilarités chez l’auditoire. Cependant, pour ceux qui attendent des chants musicalement bien rendus, tout cela  finit par créer de la lourdeur, d’autant plus que le plateau vocal est très inégal.

L’Orchestre national Avignon-Provence est dynamique sous la baguette de Christophe Talmont qui sait s’adapter aux capacités musicales diverses des chanteur-comédiens. Dommage, encore, que les musiciens passent beaucoup de temps à attendre, le temps de dialogues parfois long.

La représentation du 29 décembre.
Les 29, 30 et 31 décembre à Opéra Grand Avignon.

photos © Studio Delestrade Avignon

Cinédanse : la très cinégraphique Germaine Dulac
Marie Darrieussecq : Pas dormir, un récit d’insomnie
Victoria Okada

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture