Danse
L’éclectisme de la danse en Cadences à Arcachon

L’éclectisme de la danse en Cadences à Arcachon

18 juin 2022 | PAR Zoe Grandjacques

La ville d’Arcachon organise, depuis 2002, le festival de danse Cadences. Cette année l’édition du 21 au 25 septembre est particulière car elle vient célébrer le tout nouveau label « Scène conventionnée d’Intérêt National Art en Territoire » décerné au Théâtre Olympia de la ville. Pour l’occasion, le festival espère agrandir son rayonnement avec l’appui d’un programme varié entendant rendre compte de toutes les esthétiques et de toutes les danses. 

Célébrer l’ancrage territorial

Si le festival Cadences entend agrandir son rayonnement, il ne nie pour autant pas son ancrage territorial. D’une façon très concrète, Cadences met à l’honneur le patrimoine arcachonnais : le festival comprend dans les lieux de représentations le Théâtre de la mer. Une scène installée sur plage où plusieurs représentations auront lieu dans ce cadre atypique dont le spectacle de jonglerie Smashed de la Cie Gandini Juggling, ou Entre Deux de la Cie Xuan Le, un duo qui retrace différentes étapes de vie par des langages chorégraphiques à la croisée de la danse contemporaine, classique, des arts urbains et visuels. 

D’autres activités qui s’ancrent pleinement dans la terre girondine sont prévues : un cours de danse sur la plage le dimanche matin, un bon nombre de scènes ouvertes pour amener de la danse dans les rues de la ville et des escales chorégraphiques à travers la région (à Lacanau, Biganos, Mios, etc.). 

Et sur le plan de la production artistique, le festival met tout autant à l’honneur les compagnies et artistes locaux comme Auguste Bienvenue, une compagnie bordelaise, qui présente Monsieur vs+=Madame, un spectacle qui aborde la question de l’égalité homme/femme au travers de l’axe de la différence et du pouvoir. Un projet interprété par 4 danseur.ses et une chanteuse et un slameur. 

Une programmation éclectique

Mais le festival ne limite pas ses portes aux artistes de la région, grands et petits noms se côtoient sans discrimination territoriale. Les compagnies sont soigneusement sélectionnées pour l’originalité de leur travail et la qualité de leurs productions. La diversité est mise à l’honneur qu’elle soit dans la provenance géographique ou dans les pratiques de la danse. Parmi la sélection figure Body Concert, une production de la compagnie coréenne Ambiguous. Structurée comme un concert, la performance a une énergie folle qui mélange classique, hip hop et electro. 

Le hip hop se retrouve aussi chez Art Move Concept. Cette compagnie créée par Soria Rem et Mehdi Ouachek mêle technique hip hop et fluidité contemporaine. Dans Anopas, création présentée le samedi, neuf danseurs issus de formations différentes, l’une d’entre eux est une ancienne du cirque du soleil, viennent jouer une histoire biographique sur la difficulté de s’insérer dans le monde de la danse lorsqu’on vient d’un milieu populaire.

De nombreuses autres représentations sont à découvrir, du flamenco de la compagnie d’Antonio Najarro au classique ballet Winterreise de Schubert dirigé par Preljocaj. Retrouvez plus d’informations ici.

Visuel (c) affiche

Les huguenots à Bruxelles, magnifique quintessence du Grand Opéra Français
Roberto Alagna à Buenos Aires, la parfaite communion entre un grand artiste et son public
Zoe Grandjacques

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture